Des « espaces chaleur » pour combattre le froid dans nos quartiers | 4 janvier 2023 | Article par Thomas Verret

Le milieu communautaire s'efforce de répondre aux besoins des personnes itinérantes lors de la saison hivernale. Cette tâche s'avère toujours colossale. C'est d'autant plus vrai cette année alors que la demande surchauffe.

Crédit photo: Jon Tyson/Unsplash.com

Des « espaces chaleur » pour combattre le froid dans nos quartiers

Plusieurs ressources accueillent les personnes en situation d'itinérance en cette période froide de l'année. Le Regroupement pour l'aide aux itinérantes et itinérants de Québec (RAIIQ) a partagé récemment sur les réseaux sociaux une liste à jour pour l'hiver 2022-2023. Voici des « espaces chaleur » situés à l'intérieur de nos quartiers.

Milieux de vie, répit et repos

Des organismes permettent aux personnes vulnérables de se réchauffer ou encore de manger.

C'est le cas, entre autres, du YMCA Saint-Roch qui met en place deux « espaces chaleur ». Tout d'abord, sur la rue du Pont, la Cheminée Diurne propose un milieu de vie de jour ainsi qu'un dépannage alimentaire et vestimentaire.

Au Café-rencontre centre-ville, la Cheminée Nocturne offre quant à elle du répit, même la nuit, sept jours sur sept. Elle offre de même une soupe populaire pour le déjeuner et le diner.

Un autre « espace chaleur » se situe sur la rue Saint-Joseph, soit l'Archipel d'Entraide, qui se veut aussi un lieu de répit et de repos.

Hébergement d'urgence

En outre, diverses mesures se déploient pour héberger des personnes en situation d'itinérance.

Publicité

Par exemple, Lauberivière dans Saint-Roch offre différents services d'hébergement, en tout temps. Pour sa part, la Maison Revivre, sur la rue Saint-Vallier Ouest dans Saint-Sauveur, accueille des hommes de 18 ans et plus, en semaine. De son côté, le YWCA Québec, localisé sur l'avenue Holland dans Saint-Sacrement, reçoit une clientèle de femmes, 24 heures sur 24, sept jours sur sept.

Lieux publics et installations sanitaires

Bien entendu, il existe également des lieux publics ouverts à la population entière, dont les bibliothèques et les stations chaleureuses.

De plus, on retrouve des installations sanitaires à quelques endroits, notamment au Carré Lépine, au Centre communautaire Lucien-Borne, au Centre écologique Léopold-E.-Beaulieu du parc de la rivière Saint-Charles et dans le stationnement de l'hôtel de ville.

On peut se référer au document mis en ligne par le RAIIQ pour consulter la liste complète des ressources gratuites ou à faible coût pour « se poser, se réchauffer, manger ou dormir ». En effet, on retrouve en ligne un répertoire des « espaces chaleur » de la Capitale-Nationale. 

À lire aussi :

Carré Lépine : nouvelle équipe, « pas de baguette magique »