Dépassement des valeurs d’exposition de contaminants dans l’air à Limoilou

Slavko Sebez, M. Sc. Santé communautaire, a été impliqué plusieurs années comme représentant de la santé publique dans le dossier de la qualité de l'air en Basse-Ville. Dans ce texte, il partage ses préoccupations quant aux émissions de particules fines dans le Vieux-Limoilou, qui dépasseraient presque quotidiennement les normes de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Dépassement des valeurs d’exposition de contaminants dans l’air à Limoilou | 17 novembre 2023 | Article par Monquartier

Usine White Birch, dans Limoilou.

Crédit photo: Jean Cazes

Slavko Sebez, M. Sc. Santé communautaire, a été impliqué plusieurs années comme représentant de la santé publique dans le dossier de la qualité de l’air en Basse-Ville. Dans ce texte, il partage ses préoccupations quant aux émissions de particules fines dans le Vieux-Limoilou, qui dépasseraient presque quotidiennement les normes de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

L’indice de la qualité de l’air (IQA) est un outil d’information et de sensibilisation conçu pour renseigner la population sur la qualité de l’air de leur région, tel que le prévoit l’article 47 de la Loi sur la qualité de l’environnement (LQE)[1] . Cependant, on constate que les résultats de surveillance de la qualité de l’air sont régulièrement interprétés de façon erronée lors de la communication à la population. Effectivement, les indices «bon» et «acceptable» sont regroupés ensemble et présentés par les autorités concernées comme la qualité de l’air «satisfaisante».

Projet de règlement modifiant la norme de nickel dans l’air ambiant, 3 février 2022.
Crédit photo: Ville de Québec

Précisons qu’un indice horaire «acceptable» (IQA : 26 à 50) survient lorsque la concentration  moyenne des particules fines pendant trois heures est plus grande que 17,5 µg/m3 et égale ou  plus petite que 35 µg/m3 (microgrammes par mètre cube). Les statistiques sur l’indice de qualité  de l’air (IQA) pour le secteur Vieux-Limoilou pour l’année 2020 révèlent que la qualité de l’air  est «mauvaise» à 8,5 % et «acceptable» à 41 % du temps. Donc, la concentration des particules  fines (PM₂,₅) dans le secteur Vieux-Limoilou à 49,5 % du temps, c.-à-d. un jour sur deux dépasse :  

  • le seuil de référence recommandé par l’OMS de 15 μg/m3 (24 h.) [2]
  • et au moins 2 fois la norme canadienne de 8,8 μg/m3 (1 an) [3]

Ces dépassements concernant l’indice «acceptable» peuvent aller jusqu’à deux fois la valeur  journalière proposée par l’OMS et quatre fois la norme annuelle canadienne ce qui présente un  écart maximal de 17,5 µg/m3 par rapport à la qualité de l’air avec un indice «bon». Dans son  rapport d’expertise, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail  (AFSSET) rappelle que «l’impact sanitaire prépondérant est dû aux expositions répétées à des  niveaux modérés de particules et non aux quelques pics»[4].  

Rappelons également qu’Il n’existe aucun seuil d’effets sanitaires connu pour les PM2,5 de l’air  ambiant quel que soit le lieu d’exposition (soit à l’intérieur ou à l’extérieur) et il a été démontré  que des effets nocifs se produisent aux niveaux d’exposition actuels [5]. Selon, l’OMS «environ  80 % des décès attribués à l’exposition aux PM₂.₅ dans le monde pourraient être évités si les  pays atteignaient le seuil annuel de référence»[6].  

Selon un récent rapport de Santé Canada, «l’exposition chronique à la pollution atmosphérique  liée aux PM2,5 a contribué à 8 % de la mortalité non accidentelle toutes causes confondues chez  les Canadiens de plus de 25 ans, ce qui équivaut à 10 000 décès par année ou à 27 décès par  100 000 habitants»[7]. Les résultats provinciaux indiquent que l’Ontario et le Québec sont les  provinces où la pollution atmosphérique a le plus d’impacts, tant en nombre absolu de décès  qu’en nombre de décès prématurés par 100 000 habitants.  

Nous tenons à souligner que cette façon d’interpréter l’indice «acceptable» comme la qualité de  l’air «satisfaisante» a tendance à minimiser les impacts des émissions de particules fines (PM₂,₅)  sur la santé de la population exposée. Afin d’éviter une mauvaise interprétation, les autorités  concernées devraient songer à mettre en place les moyens de communication nécessaires pour  bien expliquer à l’ensemble de population les résultats de surveillance de la qualité de l’air et  notamment les impacts sur la santé humaine des contaminants mesurés. Rappelons que «les  directeurs de santé publique ont le rôle d’informer la population sur différentes situations  comme l’état de santé de la population en général, des priorités concernant certaines  problématiques de santé, des personnes les plus vulnérables et des facteurs de risques  possibles»[8].  

Slavko Sebez, M. Sc., Santé communautaire  

  1. Ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs.  https://www.iqa.environnement.gouv.qc.ca/contenu/index.asp
  2. Organisation mondiale de la Santé (OMS), Lignes directrices mondiales de l’OMS sur la qualité de l’air, 2021.  https://www.who.int/fr/news-room/questions-and-answers/item/who-global-air-quality-guidelines
  3. Les NCQAA (Normes canadiennes de qualité de l’air ambiant), Conseil canadien des ministres de l’environnement (CCME).  https://ccme.ca/fr/qualite-de-lair
  4. Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (AFSSET), Synthèse des éléments sanitaires en vue d’un  appui à l’élaboration de seuils d’information et d’alerte du public pour les particules dans l’air ambiant, 2009  https://www.anses.fr/fr/system/files/AIR2007et0006Ra.pdf  
  5. Gouvernement du Canada. https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/publications/vie-saine/document-conseils-particules fines-pm2-5-air-interieur-residentiel.html 
  6.  Organisation mondiale de la Santé (OMS), Lignes directrices mondiales de l’OMS sur la qualité de l’air, 2021.  https://www.who.int/fr/news-room/questions-and-answers/item/who-global-air-quality-guidelines 
  7. Les impacts sur la santé de la pollution de l’air au Canada Estimation des décès prématurés et des effets non mortels, Rapport 2021.  https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/publications/vie-saine/impacts-sante-pollution-air-2021.html
  8. Rôle et mandat des directeurs de santé publique du Québec. https://www.indexsante.ca/chroniques/613/role-et-mandat-des-directeurs-de-sante-publique-du-quebec.php

Publicité

Lire aussi :

Normes sur le nickel : le fondement scientifique se heurte à l’intérêt politico-économique et aux croyances populaires 

Slavko Sebez, impliqué comme représentant de la Santé publique de la Capitale-Nationale[...]

Lire sur Monquartier

Limoil’air : la concentration de particules fines affecte tout Limoilou

Le constat d'une initiative étoffée de sciences citoyennes est sans équivoque : la conce[...]

Lire sur Monlimoilou

Soutenez votre média

hearts

Contribuez à notre développement à titre d'abonné.e et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir