Déneigement de pistes cyclables : Faites le vous-mêmes!

Le réseau cyclable de Québec s'améliore, lentement mais sûrement. Toutefois, pour favoriser les déplacements à vélo toute l'année, il reste encore du chemin à... déneiger.

Déneigement de pistes cyclables : Faites le vous-mêmes! | 6 mai 2023 | Article par Alexandre St-Laurent

Le réseau cyclable de Québec s’améliore, lentement mais sûrement. Toutefois, pour favoriser les déplacements à vélo toute l’année, il reste encore du chemin à… déneiger.

L’annonce récente de la mise en place de bandes cyclables sur le chemin Sainte-Foy, au cours de l’été, est un bon exemple de l’amélioration du réseau.

Mais pour certains (et j’en fais partie), cette transition vers une ville moins centrée sur la voiture ne va pas assez vite. Ce qui incite les plus militants à organiser des actions visant à accélérer le processus.

Je pense à des opérations de déneigement de pistes cyclables avant l’ouverture officielle du réseau cyclable, par exemple. Le but? Montrer qu’un nombre non négligeable de cyclistes roulent toute l’année. En toute logique, certains d’entre eux revendiquent des infrastructures cyclables sécuritaires et accessibles 365 jours par année.

Il y a quelques années, un petit groupe de cyclistes avait organisé le déneigement de la piste qui passe sous l’autoroute Dufferin-Montmorency, près de la papetière White Birch. Auparavant, elle n’était pas déneigée par les services municipaux, malgré un bon achalandage de piétons et de cyclistes. Ces actions donnent des résultats. Après une couverture médiatique, la Ville a commencé à déneiger ce tronçon.

Le 29 avril, une corvée de nettoyage du trottoir qui sert d’accès cyclable au pont de Québec a été organisée. Renaud Dion, l’instigateur de l’événement, proposait d’aller « au devant de la Ville » et de faire ensemble « une grande corvée de nettoyage printanier ». Sept personnes motivées et énergiques se sont présentées pour l’aider à dépoussiérer ce segment du réseau cyclable.

« J’ai pris l’initiative d’organiser un événement de la sorte parce que je trouvais que le nettoyage tardait, même si ce n’est pas au citoyen d’entretenir le réseau. Mais la participation des cyclistes nous montre qu’il y a une volonté que le réseau cyclable soit entretenu au même titre que le réseau routier. Si on veut être sérieux dans la promotion du cyclisme utilitaire, les pistes cyclables doivent être attrayantes, sécuritaires et agréable. Pas jonchées de déchets, de sable et de poussière! », m’a mentionné Renaud au cours de la corvée.

Vous connaissez l’expression « Bâtissez-le et ils viendront »? J’en propose une nouvelle :

« Faites-le vous-même et ils agiront. »

Publicité

Lire aussi :

Le réseau cyclable s’améliore, mais…

Soutenez votre média

hearts

Contribuez à notre développement à titre d'abonné.e et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir