Philippe Doucet, cyclo-entrepreneur | 15 janvier 2022 | Article par Alexandre St-Laurent

Philippe Doucet, cyclo-entrepreneur

Crédit photo: Alexandre St-Laurent

Philippe Doucet, cyclo-entrepreneur

Philippe Doucet, un résident de l'avenue Duchesneau, près de Pointe-de-Sainte-Foy, tond des gazons, ramasse des feuilles et déneige des escaliers, entre autres tâches.

Rien de remarquable jusqu'ici, me direz-vous.

Publicité

Mais en connaissez-vous beaucoup qui font la tournée de leurs clients en vélo, été comme hiver?

Pas si difficile, après tout

Moi, non. On pourrait croire que c’est pénible, surtout en pleine tempête de neige. Pourtant, Philippe jure que c'est en fait très plaisant.

Son secret? La proximité :

« Mes clients sont tous situés à faible distance de chez moi, dans un territoire d'environ un kilomètre carré. Ça m'évite de perdre mon temps en déplacement. Le premier hiver, je déneigeais jusqu'à Sillery et je finissais mes journées complètement "brûlé". J'ai appris et je me suis adapté. Maintenant, je peux faire en quatre heures par jour l’équivalent de ce que je faisais en travaillant huit heures. »

Les origines

Philippe a commencé à faire de l'entretien paysager et du déneigement en août 2020. Il travaillait alors dans un magasin de vélo et a décidé de voler de ses propres ailes. Ça lui a aussi permis de mettre à profit ses connaissances en mécanique vélo et en conduite cycliste hivernale.

Le profil de l'emploi

Philippe Doucet en plein travail de déneigement à la pelle chez un client
Philippe Doucet tond des gazons, ramasse des feuilles et déneige, entre autres tâches.
Crédit photo: Alexandre St-Laurent

Mais quelles sont donc les qualités nécessaires pour ce genre de travail? Philippe répond :

« Ça convient surtout à des sportifs. Il faut être à l'aise avec le public et posséder de bonnes habiletés manuelles. »

Cet entrepreneur hors du commun m'a aussi mentionné l’importance de respecter ses limites physiques, de bien se nourrir et de se reposer suffisamment. Le déneigement, par exemple, est exigeant et commence tôt le matin, avant que les clients aient besoin de sortir de chez eux.

Ce modèle de cyclo-entreprise est assez inspirant. Selon moi, il pourrait être appliqué à plusieurs services à domicile.

Si vous circulez à Sainte-Foy cet hiver, vous croiserez peut-être un cycliste hivernal qui transporte, tout sourire, une pelle fixée au cadre de son vélo. Saluez-le de ma part. C'est probablement Philippe qui s'en va, de bien bonne humeur, chez un de ses quinze clients hivernaux.

Lire aussi : Pourquoi se déplacer à vélo l'hiver?