Débat sur le logement à Québec réveille, à CKIA

Quatre candidats de la région de Québec ont débattu sur la question du logement, jeudi matin, à CKIA.

Débat sur le logement à <em>Québec réveille</em>, à CKIA | 17 septembre 2022 | Article par Thomas Verret

Quatre candidats régionaux ont débattu à l’émission Québec réveille, à la radio de CKIA, sur la question du logement social et communautaire, à Québec.

Crédit photo: Archives

Quatre candidats de la région de Québec ont débattu sur la question du logement, jeudi matin, à CKIA.

La Fédération des coopératives d’habitation de Québec et Chaudière-Appalaches (FECHAQ) organisait le débat. Il était présenté dans le cadre de l’émission Québec, réveille, animée par Marjorie Champagne.

La CAQ absente

Le solidaire Étienne Grandmont, la conservatrice Marie-Josée Hélie, le péquiste Victor Dubuc et le libéral Karl Fillion y ont participé. La CAQ a refusé d’y prendre part.

Les candidat.e.s ont présenté les engagements de leur parti concernant l’enjeu de l’habitation. Ils avaient une minute et 30 secondes pour s’exécuter. Des échanges corsés ont suivi.

Victor Dubuc, candidat du PQ (Louis-Hébert)

« Le Parti québécois a plusieurs solutions pour faire face à la crise du logement. On propose notamment de construire 5 000 logements, chaque année, dans les cinq prochaines années. On parle ici de 25 000 nouveaux logements. C’est sans compter les 10 000 logements sociaux, dont la construction annoncée se fait toujours attendre.

De plus, dans toutes les villes où il y a une institution d’études postsecondaires, on aimerait y construire du logement social. Ceux-ci seraient réservés aux étudiants, pour bonifier de 25 % l’enveloppe du programme Accès logis dans ces villes. Au Québec, ça représente 10 000 logements. »

Marie-Josée Hélie, candidate du PCQ (Taschereau)

« Je suis en désaccord avec la prémisse du débat. Celle que les coop d’habitation, les OSBL et les HLM ont fait leur preuve. Ils ont plutôt fait la preuve d’une inefficacité absolument inacceptable pour les contribuables. N’oubliez jamais que ce sont les gens qui ne nécessitent pas de logements sociaux qui paient pour ceux qui en ont besoin. On leur doit un minimum de respect. Cela dit, l’État devra toujours pourvoir à des logements sociaux pour des gens avec des besoins particuliers.

Les solutions du Parti conservateur impliquent une saine gestion des finances publiques. Notre solution est en deux temps. Nous proposons des subventions ciblées ainsi qu’une dérèglementation du marché pour régler le problème, balancer le marché et avoir plus d’offres. »

Étienne Grandmont, candidat de QS (Taschereau)

« Depuis 20 ans, la CAQ et le PLQ n’ont pas fait leur job, et visiblement, le Parti conservateur ne comprend pas les enjeux de la crise du logement. De notre côté, nous prenons la situation au sérieux.

Publicité

Québec solidaire s’engage à rattraper le retard causé par le PLQ et la CAQ. Dans un prochain mandat, nous allons réaliser les 7 000 logements qui n’ont pas été construits dans Accès logis. On s’engage aussi à construire 50 000 nouveaux logements sociaux, dont 3 800 dans la Capitale-Nationale. Là-dessus, nous livrerons 25 000 logements dans un premier mandat. La moitié de ces 50 000 logements seront réalisés en coopératives d’habitation, l’autre moitié en HLM. On veut les réaliser dans un mode Accès logis, un programme qui a fait ses preuves, mais dans une version bonifiée et indexée. »

Karl Fillion, candidat du PLQ (Vanier-Les-Rivières)

« Dans les 10 prochaines années, le Parti libéral propose de construire 50 000 logements sociaux, communautaires et abordables. Il faut aussi relancer les travaux abandonnés dans les quatre dernières années.

Si la CAQ n’avait pas passé les trois dernières années et demie à nier l’existence de la crise du logement à chaque mois de juillet, on en serait peut-être pas là. Ça me ferait plaisir de donner les 20 dernières secondes en droit de réplique à quelqu’un de la CAQ, mais ils ne sont pas ici. Encore une fois, ça nous dit à quel point ce n’est pas un enjeu sérieux pour eux. Je trouve ça très révélateur qu’il n’y ait personne de la CAQ pour me répondre aujourd’hui. »

Pour écouter l’intégralité du débat, il faut se rendre sur la page Facebook de l’émission Québec réveille.

Les propos ont été édités par souci de concision et de clarté.

Lire aussi :

Si la tendance hyperlocale se maintient…

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir