Budget du Québec: le terrain de la rue Verdun dans les priorités de la Ville | 14 février 2022 | Article par Julie Rheaume

Vue du terrain de la rue Verdun au mois de mai 2021.

Crédit photo: Suzie Genest

Budget du Québec: le terrain de la rue Verdun dans les priorités de la Ville

En prévision du prochain budget du gouvernement du Québec, Bruno Marchand a dévoilé les priorités de la Ville en matière de financement. Le maire de Québec mise notamment sur la décontamination de terrains en zone urbaine, dont le terrain vague de la rue Verdun, dans Saint-Sauveur, qui devrait accueillir un projet « mixte ». La ZILE, dans Limoilou, était cependant absente des intentions de la Ville, lundi.

Dans le cadre de ses consultations pré-budgétaires pour l’élaboration du Budget 2022-2023, le gouvernement du Québec invite les participants qui le souhaitent à alimenter certaines réflexions.

Dans cette perspective, la Ville de Québec souhaite sensibiliser le gouvernement à certains enjeux qui la touchent particulièrement. Elle a donc dévoilé sa liste de demandes faites au gouvernement de François Legault, le 14 février, lors d'un point de presse.

Décontamination

Parmi six grands enjeux présentés par la Ville, on trouve la décontamination de terrains en zone urbaine, dont celui de la rue Verdun. Rappelons que, pendant plusieurs années, des citoyens s'étaient appropriés ce terrain pour en faire un parc à chiens. Dans le passé, une usine à gaz a trôné sur les lieux de 1907 à 1974.

En tout, la Ville demande 35 millions $ pour cet enjeu, soit 15 millions $ pour le terrain de la rue Verdun, 15 millions $ pour la décontamination de terrains dédiés au logement social et 5 millions $ pour le redéveloppement du terrain de l’ancienne boulangerie Gailuron située à Beauport.

« Afin de continuer le développement de son territoire en accord avec les principes de développement durable, la Ville de Québec souhaite poursuivre la revitalisation de zones urbaines ayant fait l’objet de contamination dans le passé, soit au moment où la réglementation n’était pas aussi exigeante qu’aujourd’hui. Les investissements en décontamination constituent un levier financier important pour la Ville de Québec puisqu’ils permettent par la suite de mieux structurer les développements et d’éviter l’étalement urbain », mentionne la Municipalité dans le document présenté aux médias.

Jeudi dernier, Claude Villeneuve, le chef de l'opposition à l'hôtel de Ville, avait présenté sa propre liste d'épicerie et fait ses demandes en vue du futur budget du gouvernement du Québec. M. Villeneuve souhaite notamment la mise en place d'un écoquartier et de logements sociaux sur le terrain de la rue Verdun.

Publicité

Projet « mixte »

Quelles sont les intentions de la Ville pour le terrain de la rue Verdun?

« On a un fichu beau projet qui s'en vient. On est en train d'y travailler depuis des semaines. On n'a pas attendu que l'opposition nous en parle. On y travaillait déjà. On va vous présenter les éléments de ce terrain-là lorsqu'on va être prêt, mais on a vraiment une belle façon de le travailler avec quelque chose qui va être intéressant pour ce secteur de la Ville, qui est un secteur qu'on redynamisera de beaucoup par ce territoire-là. Maintenant, il y a une question de financement, une question de montage financier... On va attendre les réponses et on va vous présenter ça », a répondu le maire à l'auteure de ces lignes.

L'administration municipale compte-t-elle opter pour des projets liés au logement ou aux domaines industriel ou commercial? « Bonne question! Je vous dirais que ce sera mixte. Je pense que ce sera un projet que les citoyens du quartier vont apprécier », a répliqué M. Marchand, avare de détails, lorsqu'on lui a demandé plus de détails quant au sort de ce vaste espace.

Et Littoral Est?

La Zone Littoral Est (ZILE), qui nécessiterait d'importants travaux de décontamination dans Limoilou, ne fait pas partie des présentes demandes de la Ville. Le projet est cependant « toujours sur les rails » a dit Bruno Marchand en conférence de presse.

« On a fait un pas de côté pour pouvoir le présenter aux citoyens, en discuter avec les citoyens, mais c'est toujours dans notre volonté d'aller de l'avant, d'aller chercher le financement », a-t-il ajouté.

« Si le projet n'est pas là (dans la liste de demandes), c'est qu'il suit son cours à travers différentes autres voies », de dire le maire. Ce dernier a dit également vouloir mettre à contribution les citoyens. Le projet n'est pas mort, « mais ce n'était pas nécessaire de le mettre dans une demande ».

Logement

La question du logement social et abordable fait aussi partie des six priorités de la Ville.

La Municipalité souhaite « pouvoir attribuer dès maintenant les unités aux projets sur son territoire afin de répondre aux besoins; que les projets soutenus par les programmes répondent aux besoins tels que définis selon les clientèles et les revenus des personnes; que les projets puissent être mis en œuvre rapidement et qu’une phase de transition soit prévue avec le programme actuel ».

Elle recommande donc au gouvernement du Québec de permettre minimalement la construction de 250 logements sociaux et de 250 logements abordables annuellement durant cinq ans sur son territoire.

La Ville souhaite offrir une variété de logements sociaux le long du tracé du tramway qui bénéficiera également des services de proximité et des équipements collectifs. Elle a notamment ciblé plus 30 secteurs pour la mise en place de tels logements. Certains lieux  correspondent à l'ancien tracé du tramway, a toutefois fait remarqué un collègue d'un autre média.

Le projet de tramway, que ce soit par l'ancien ou le nouveau tracé, ne prévoit pas de passage dans Saint-Sauveur. En matière de logement social, quels sont les projets pour ce quartier?

« On veut du logement abordable et social dans toute la ville, pas juste dans un quartier. C'est dans toute la ville. On vise une mixité dans cette ville-là », a dit le maire.

Actuellement, il existe un manque quant aux toutes nouvelles unités de logement social. Lorsque le gouvernement fera connaître ses intentions en la matière, la Ville pourra voir à la répartition des unités en fonction des besoins sur son territoire, a expliqué l'élu.

Le soutien aux initiatives de développement durable, la pérennité des infrastructures municipales, le soutien aux équipements municipaux et l'accélération des inventaires du patrimoine bâti dans la Capitale-Nationale comptent aussi parmi les six priorités de la Ville, en plus du logement et de la décontamination.

L'opposition réagit

La conseillère de Limoilou et cheffe de Transition Québec Jackie Smith a réagi à l'annonce de lundi. Elle a notamment déploré qu' qu’on diminue les demandes de logements sociaux de moitié, de 500 à 250, « allant à l’encontre que cette revendication avait été reconfirmée le 17 janvier dernier au conseil de la Ville ».

« Je déplore sévèrement qu’on baisse de moitié nos demandes en termes de logements sociaux pour le gouvernement du Québec cette année. Nous avons gravement besoin de logements sociaux à Québec » a-t-elle déclaré par voie de communiqué.

« Bruno Marchand joue le jeu du gouvernement du Québec qui tente de délaisser le logement social en faveur du logement dit abordable, mais qui n’aide pas les populations qui en ont le plus besoin» a-t-elle ajouté.

Québec 21, la deuxième opposition s'est notamment réjouie « de voir que le maire de Québec a repris quelques éléments de propositions de notre parti dans ses demandes à l’égard du gouvernement. Mentionnons par exemple les demandes en logements sociaux, que l’on aurait aimé voir plus élevées ».

« Le gouvernement du Québec devra faire ses choix, mais force est d’admettre que plusieurs éléments, soulevés par plusieurs formations politiques, seront incontournables lors de la présentation du budget par le ministre des Finances », a soutenu le chef de Québec 21, Eric Ralph Mercier.

Son parti promet d'ailleurs de « suivre de près le dévoilement du budget au cours des prochaines semaines, dans l’intérêt des contribuables de la Ville de Québec ».

Synthèse des demandes

Dans le document remis aux médias lundi, la Ville a publié une synthèse de ses demandes faites au gouvernement du Québec, demandes qui touchent six grands axes. Nous la reproduisons telle quelle :

  1. Soutien aux initiatives de développement durable
    La Ville de Québec recommande au gouvernement du Québec une aide financière de 50 M$, sur un total de 121 M$ d’investissement prévus, en soutien aux initiatives de développement durable liées à la réalisation des projets du Plan de transition et d’action climatique et du Plan d’action solidaire de la Ville.
  2. Logements sociaux et abordables
    La Ville de Québec recommande au gouvernement du Québec de permettre minimalement la construction de 250 logements sociaux et de 250 logements abordables annuellement durant cinq ans sur le territoire de la ville.
  3. Pérennité des infrastructures municipales
    La Ville de Québec recommande d’investir un montant de 75 M$ supplémentaire par année pendant 10 ans, réparti à parts égales entre les trois paliers de gouvernement, soit 25 M$ pour le gouvernement du Canada, 25 M$ pour le gouvernement du Québec et 25 M$ pour la Ville de Québec, requis pour résorber le déficit d’entretien accumulé.
  4. Soutien aux équipements municipaux
    La Ville de Québec recommande au gouvernement du Québec une aide financière de 25 M$ en soutien aux projets d’investissements municipaux. La Ville s’engage à une contribution additionnelle équivalente à celle du gouvernement pour doubler cette valeur d’investissement.
  5. Décontamination de terrains en zone urbaine
    La Ville de Québec recommande au gouvernement du Québec une aide financière de 35 M$ pour la décontamination de sites contaminés en zone urbaine aux fins de requalification et de redéveloppement de ces sites.
  6. Accélération des inventaires du patrimoine bâti dans la Capitale-Nationale
    La Ville de Québec recommande au gouvernement du Québec une aide financière de 5 M$ pour lui permettre d’atteindre les objectifs de la Loi 69 dans les délais prescrits et également de documenter l’ensemble du corpus de bâtiments, soit plus de 8 600 bâtiments.