Bonne année 2022, en attendant | 4 janvier 2022 | Article par Suzie Genest

La sculpture de Gros Loup se dresse sur l'horloge de la place Limouloise où, le 31 décembre en soirée, Limouloises, Limoulois et bon nombre de voisin.e.s des quartiers proches se retrouvaient traditionnellement pour le décompte.

Crédit photo: Jean Cazes

Bonne année 2022, en attendant

Chaque passage à une nouvelle année nous fait brasser bilans, réflexions, voeux et résolutions. Qu'en ressort-il?

Même dans les bilans les plus positifs sur les réseaux sociaux, il y avait la fatigue et l'étourdissement d'une année en dents de scie. Partout – à l'école, à la garderie, au travail, dans les loisirs, les vacances... – le contexte sanitaire a ajouté des tâches, des délais, des casse-tête.

Publicité

Ces circonstances ont pesé dans la balance de bien des décisions professionnelles et personnelles. Plusieurs ont voulu essayer autre chose, changer d'air, trouver mieux. Il a fallu les remplacer, cumuler les tâches en essayant de maintenir une vitesse de croisière. La marée a monté. Il a fallu chercher, ne pas trouver, inventer des solutions.

Nombre d'initiatives ont été reportées, modifiées, suspendues... Puis tout s'est bousculé, comme si on pouvait rattraper trois mois en trois semaines.

L'an 2021 n'a pas été particulièrement reposant.

À rebours

Ça semble déjà loin, mais en janvier 2021, Julie Rheaume a retenu votre attention avec l'arrivée prévue d'une succursale de la SQDC dans le Vieux-Port. Elle en a fait autant avec celle du restaurant Alentours dans Saint-Sauveur. Un mois plus tard, vous réagissiez à l'annonce d'un nouvel occupant pour les bureaux de l'édifice de l'ancien ASSH. Le Conseil des arts et des lettres du Québec allait descendre dans Saint-Roch.

En mars, le tracé du tramway dans Limoilou volait la vedette, comme l'article sur le sujet par Gabriel Côté. Vous avez été nombreux à lire l'histoire d'un homme sauvé de la mort sur l'avenue Cartier, qui cherchait ses bons samaritains. Le texte d'Érick Rivard sur la ville de l'après-pandémie et celui de Liberté d'oppression, contre l'intimidation médiatique, ont été les plus visités en avril.

Avec le retour du temps doux, les rues partagées ont attiré votre oeil en mai. L'idée d'un monorail pour Québec a suscité bien des réactions. Un petit frère du Royaume de la tarte, un café pour Fleur de Lys, a donné l'article le plus lu du mois de juin. On doit aussi à Julie Rheaume le texte le plus lu de juillet, sur le parcours théâtral Où tu vas quand tu dors en marchant.

En août, Viktoria Miojevic vous mettait l'eau à la bouche en évoquant le futur Café Tintico dans Saint-Sauveur. Nos portraits des candidat.e.s des différents partis dans Québec et Beauport-Limoilou, en vue des élections fédérales, ont été les articles les plus consultés en septembre.

Octobre fut l'occasion de célébrer l'Halloween lors de diverses activités, incluant l'expérience Errances - 1916 le second brasier de Machine de Cirque. Vous vous êtes aussi intéressé.e.s à l'ouverture de la Recyclerie de La Patente. Les portraits des candidat.e.s municipaux n'ont pas soulevé autant d'intérêt que ceux des fédéraux, mais l'article au lendemain de l'élection a été le plus consulté du mois de novembre. En décembre, c'est sur l'article résumant ce qui serait fermé et ouvert durant les fêtes que vous vous êtes précipité.e.s.

Le bouquet

Dans le top 3 des pages les plus consultées en 2021 sur nos sites figure l'article de Julie Rheaume sur la clinique ProActiv devenue la Clinique Proximité. Avant la course aux tests rapides chez nos annonceurs pharmaciens, il était l'un des deux seuls articles à demeurer depuis sa parution dans le top des pages les plus consultées.

L'article qui trône tout au sommet depuis sa publication, signé Viktoria Miojevic, est celui que je surnomme affectueusement « la chicane de gazon ». Cette affaire de menaces contre un jardin de plantes indigènes serait même le texte plus consulté de l'histoire de nos sites! C'est aussi le seul à avoir nécessité presque autant d'heures de veille et modération sur la page Facebook de Monlimoilou que de temps de recherche, entrevue et rédaction!

La chicane de gazon a même détrôné la page du restaurant China Garden, jusqu'ici LA page la plus consultée de nos sites semaine après semaine. (Il faut dire que le nom de cette dernière attire les fans de restaurants chinois du monde entier, en plus des amateurs de musique et d'horticulture...)

À la lumière de mes implications citoyennes avec un petit organisme puis une concertation de verdissement, je sais que le jardinage urbain est un sujet sensible. N'empêche, je me demande si la morosité de la pandémie n'a pas exacerbé un peu le... crêpage de gazon. Il serait sans doute sage de se souhaiter un peu de zen pour 2022...

Bouddha dans la salle à manger du China Garden
Salle à manger du Restaurant China Garden
Crédit photo: Thania Goyette

L'année 2021, avec son lot de rendez-vous manqués, de pétards mouillés et d'embûches numériques, a certainement mis notre zen à rude épreuve.

De la santé...

Pour une rare fois, nous avons « fermé nos portes » plusieurs jours depuis le 24 décembre. Embêtant en temps normal, le défi de l'article de souhaits des fêtes réinventé me paraissait insurmontable, en toute transparence. Je l'ai reporté, en sondant les visiteurs et visiteuses de nos pages Facebook : que souhaiter pour 2022 à nos voisin.e.s et à nos quartiers en ces temps particuliers?

Dans Limoilou, vous avez parlé de santé, de bonheur, de santé publique et de survie des petits commerces. La page Facebook de Monmontcalm compte trois fois moins d'abonné.e.s que celle de Monlimoilou, mais on y a récolté autant de souhaits. Ils évoquent aussi la santé, la bienveillance, les sourires, ainsi que la mobilité active. Ce sont plus particulièrement les déplacements piétons et l'entretien hivernal qui sont soulevés.

Dans Saint-Sauveur, une citoyenne souhaite réintégrer le groupe Facebook de son quartier dont elle a été « barrée » sans comprendre pourquoi. Peut-être qu'une réponse émergera à la suite de ce texte? Dans Saint-Roch, personne n'a rien dit. C'est souvent comme ça quand il n'y a ni gastronomie ni sujet polarisant dans ce que nous publions.

De la gratitude et de la patience

Monquartier a des moyens modestes et une ligne éditoriale de quartier qui ne conviennent pas à toutes les ambitions. À moins d'un article par jour par quartier, on ne peut ni talonner un maire aux chaussures bioniques, ni suivre les audiences d'un BAPE, ni faire du journalisme d'investigation.

Malgré cela, des journalistes professionnelles sont restées avec nous à travers les aléas de 2021, pour l'amour de l'information hyperlocale. C'est une des choses pour lesquelles nous pouvons être reconnaissants : les humains qui gravitent autour de Monquartier. Et, même avec une chicane de gazon ici et là, nous sommes choyés sur les réseaux sociaux comparativement aux grands médias.

Nous sommes aussi reconnaissants à l'automne de nous avoir offert des occasions de vous revoir, lors de plusieurs fêtes de quartiers distanciées. Merci aux organisateurs qui nous ont accueillis à la Fête des Moissons dans Maizerets, au Marché des artisans de Limoilou, au Marché Saint-Sauveur, à la Foire Brassicole, à la Fête de Saint-Sacrement. Avant de reprendre une tournée d'activités « en personne », il faudra patienter... Le mot d'ordre de ce début d'année.

À vous qui nous lisez et nous visitez,

à vous qui annoncez sur nos sites et avec qui nous développons des collaborations,

à vous qui partagez votre histoire, vos projets et vos réalités pour les faire connaître à nos audiences,

Bonne année 2022, à bientôt!