Projet pilote de collecte des résidus alimentaires : des résultats positifs | 1 mars 2021 | Article par Julie Rheaume

Le maire Régis Labeaume et Stephan Bugay, directeur de la division de la Gestion des matières résiduelles à la Ville de Québec, en point de presse le 1er mars. On voit les deux bacs de cuisine qui ont été testés lors du premier projet pilote.

Crédit photo: capture décran YouTube, Ville de Québec

Projet pilote de collecte des résidus alimentaires : des résultats positifs

La Ville de Québec a dévoilé lundi les résultats du premier projet pilote de collecte des résidus alimentaires qui s’est déroulé en novembre et décembre derniers. Selon les informations présentées par la municipalité, les commentaires des citoyens qui ont participé à l'initiative sont des plus encourageants.

Publicité

« D’une durée de six semaines, le projet pilote permettait d’évaluer deux types de sacs de résidus alimentaires ainsi que deux types de contenants de cuisine. Certains participants, situés sur des routes de collectes déterminées, voyaient aussi leurs résidus alimentaires collectés pour être analysés dans le cadre d’une recherche sur la résistance des sacs et leur comportement dans les camions », a rappelé la Ville de Québec.

Près de 8000 personnes se sont inscrites pour participer alors que 1000 étaient anticipées. Un tirage au sort a permis de sélectionner 2010 participants, dont 454 étaient situés sur des routes de collecte, précise la municipalité.

La majeure partie des répondants à l'étude ont vu leur quantité de déchets diminuer de manière significative. De plus, 99 % de ceux qui étaient du premier projet pilote ont l'intention de participer à la collecte des résidus alimentaires en 2022.

Prêcher à des convertis?

Les personnes sondées étaient déjà préoccupées par l'environnement, a fait valoir un journaliste lors d'une conférence de presse, le 1er mars. Par conséquent, les résultats de l'étude auraient-ils pu être influencés par les croyances de participants?

Pour le maire Régis Labeaume, le côté « facile » et « convivial » de l'initiative pour le citoyen rendra la tâche plus facile à tout le monde, peu importe le niveau de conscientisation face à l'environnement.

« Si on veut la participation des gens, il faut que ce soit facile (…).  On jette le sac dans le contenant à déchets. C'est toute la différence du monde! L'idée qu'on n’additionne pas une troisième bac qui serait brun, ça fait toute la différence du monde. Je pense qu'on est en train de créer quelque chose qui est fantastique », a-t-il indiqué. Lors du point de presse, M. Labeaume a d'ailleurs vanté le côté « facile » de l'initiative à plusieurs autres reprises.

Une fois la collecte des résidus alimentaires officiellement mise en place l'an prochain, on vise un taux de participation des citoyens de 70%, a précisé Stephan Bugay, directeur de la division de la Gestion des matières résiduelles à la Ville de Québec.

Transport des sacs

Le volet concernant le comportement des sacs dans les camions a fourni lui aussi des résultats concluants, selon la Ville.

« Dans les faits, le sac préféré des participants est également celui qui s’abîme le moins dans les camions. Tous sacs confondus, c’est plus de 90 % de la matière qui a pu être récupérée après le déchargement des camions ce qui s’avère un pourcentage correspondant aux objectifs fixés », ont fait savoir les autorités municipales.

Un des aspects qui ressort du projet pilote : « les matières résiduelles des participants étaient composées de 52 % d’ordures et de 48 % de résidus alimentaires. La portion de matières résiduelles à valoriser est donc importante ».

Deuxième projet pilote

Déchets alimentaires
La quantité de déchets a été réduite grâce au premier projet pilote.
Crédit photo: Congerdesign/Pixabay

Un deuxième projet pilote pour les citoyens est prévu en juin. Les participants seront sélectionnés à partir de la banque constituée avec les inscriptions de l’automne dernier.

« Ce projet verra à confirmer l’évaluation qui a été faite du sac défini comme idéal et à évaluer des filières de recyclage de ces derniers. Des processus d’acquisition seront lancés avant la fin de l’année pour l’obtention du matériel nécessaire à la distribution gratuite des sacs et des contenants en prévision de la collecte », a précisé la municipalité.

Industries et entreprises

La Ville tient éventuellement à étendre la collecte des résidus alimentaires « pour tous », a dit Stephan Bugay, y compris à ceux qui génèrent un volume de déchets « plus importants ».

Selon la situation provoquée par la pandémie et les mesures qui seront alors en vigueur, un projet pilote à l’intention d’industries, de commerces et d’institutions (ICI) pourrait donc être déployé en avril.

Biométhanisation : le projet va comme prévu

Présentement en construction, le centre de biométhanisation commencera à traiter les biosolides (rejets provenant de la station de traitement des eaux usées) au cours de l’année 2021 et les résidus alimentaires de toute la population de l’agglomération de Québec, soit environ 600 000 personnes, au cours de l’année 2022, a rappelé la municipalité.

Malgré la COVID-19, le projet bat son plein « tel que prévu » pour 2022 et n'est pas retardé, a indiqué Suzanne Verreault, membre du comité exécutif responsable de la gestion des matières résiduelles et de l’environnement, lors du point de presse.

Des faits saillants

Au cours du dévoilement des résultats du premier projet pilote de collecte des résidus alimentaires, lundi, la Ville a notamment fait part de ces données :

  • 99 % des participants ont l'intention de participer à la collecte des résidus alimentaires en 2022;
  • 87 % participeraient à la collecte même si aucun contenant de cuisine n'est distribué;
  • Parmi les participants, 83 % affirment qu’ils ont vu leur quantité de déchets diminuer significativement;
  • De ce nombre, 75 % estiment que leurs déchets ont diminué de 40 %;
  • 88 % des participants ont jugé que le choix d’une collecte par sac était adéquat;
  • Pour 97 % des participants, la motivation principale à participer était de contribuer à préserver l’environnement, suivi de près à 85 % par la réduction des déchets;
  • La diminution de la quantité de déchets est aussi jugée à 76 % comme le principal argument pour convaincre les gens de participer à la collecte;
  • Seulement 0,4 % des participants ont trouvé qu’il a été difficile de prendre l'habitude de trier les déchets;
  • À la lumière des réponses obtenues lors des sondages, il est possible d’identifier les caractéristiques d’un sac idéal : posséder une épaisseur de 40 microns; avoir une capacité totale de 13 litres de matières; et avoir des bretelles assez longues pour les nouer facilement;
  • Le bac de cuisine qui a reçu les meilleurs commentaires permettait de bien maintenir le sac en place, possédait un couvercle et avait un volume assez grand, correspondant au sac.

En octobre 2020, Monquartier traçait les grandes lignes de ce projet pilote.