Un monorail au Québec | 28 mai 2021 | Article par Monquartier

Crédit photo: Image extraite de la vidéo YouTube MGV

Un monorail au Québec

En réaction aux annonces concernant le 3e lien, La Coopérative de Solidarité du Monorail à Grande Vitesse (Coop MGV) réitère dans le texte suivant sa proposition d’un monorail à grande vitesse.

Publicité

Pendant que se prennent des décisions fondamentales pour les transports publics au Québec, une solution demeure ignorée des décideurs publics : le monorail suspendu de la COOP MGV.

Pourtant, outre son coût nettement inférieur à tous les autres modes de transports sur rail, le monorail offre plusieurs avantages : il est rapide, à l’abri des intempéries et des conditions hivernales, n’enlève pas de voies de circulation, peut gravir les dénivellations, s’accrocher aux infrastructures existantes, ne nécessite pas d’expropriations, s’installe facilement, se fabrique en usine au Québec, ne peut pas dérailler et ne sépare pas le territoire le long de son parcours, laissant circuler les voitures, les piétons, les animaux et les agriculteurs.

Ces temps-ci, il est beaucoup question du 3e lien à Québec et de la construction du REM de l’est et du nord de Montréal.

Le monorail suspendu pourrait tout aussi bien jouer le rôle de 3e lien entre Lévis et Québec pour une infime fraction du coût du tunnel routier que veut implanter la CAQ, cela en dépit des recherches et des constats scientifiques.

Non seulement le monorail pourrait jouer le rôle de 3e lien, mais il permettrait à plusieurs automobilistes de laisser leur voiture à la maison et ainsi de réduire les gaz à effet de serre. Tout en laissant libres les voies de circulation actuelles, parce que le monorail se déplace dans la 3e dimension, au-dessus de la circulation routière.

À Montréal, le monorail suspendu pourrait empêcher la CDPQ et CDPQ Infra de commettre l’erreur du siècle et offrir une alternative sérieuse au mastodonte de béton qui écrasera et défigurera le cœur de Montréal pour plus de 200 ans.

Le monorail, sur le boulevard René-Lévesque, aurait beaucoup moins d’impact visuel et pourrait circuler soit en hauteur sur les pylônes recouverts de végétation – et offrir un transport de fret en périodes moins achalandées – soit être à demi enfoui au centre du boulevard et recouvert de façon discrète d’un dôme de verre.

Mais, et c’est là son gros avantage, il pourrait circuler en lieu et place au-dessus de l’autoroute Ville-Marie – ce que ne peut pas faire le SLR du REM à cause de son trop grand poids et de la masse de ses piliers de béton. Le monorail pourrait démarrer à la station de métro Place-d’Armes et poursuivre son chemin vers l’est en empruntant par la suite la rue Notre-Dame. Ce qui, encore là, aurait un impact visuel minime en comparaison du SLR surélevé du REM.

La Coopérative du Monorail à Grande Vitesse