La malédiction des Dragensblot, À la croisée des mondes, La bande des quatre : critiques | 22 avril 2021 | Article par tonQuartier

Les 3 premiers tomes de La bande des quatre, éditions Gallimard.

Crédit photo: Site web Foulire

La malédiction des Dragensblot, À la croisée des mondes, La bande des quatre : critiques

Collaboration spéciale : Esteban Lebrun, Le Bourgogne et or, journal étudiant du Collège Saint-Charles-Garnier

Publicité

Les jeunes reporters du journal étudiant du Collègue Saint-Charles-Garnier, Le Bourgogne et Or, partagent leurs avis sur des lectures qui les ont marqués (ou non!). Voici quelques œuvres qui ont retenu l'attention de Esteban Lebrun.

La malédiction des Dragensblot

  • Public cible : jeunes de 13 à 17 ans et adultes

  • 7 tomes

  • Auteure : Anne Robillard

  • Le 1er tome a 314 pages.

Résumé

Un soir, Samuel Anderson, un musicien à la vie détruite, tente de se jeter dans la Tamise, mais est interrompu par un parchemin qui roule jusqu’à lui disant qu’il aurait hérité d’un manoir d’un certain Ulrik Dragensblot. Intrigué, Samuel se rend à l’adresse indiquée et rentre dans le manoir. Il se retrouve dans un château qui semble hanté. Un fantôme se présente à lui et dit être son ancêtre.

Au fur et à mesure du temps, Samuel découvre que tous ses ancêtres jusqu’à la 45e génération sont dans le manoir. Ulrik, le 1er, lui explique qu’une sorcière lui a jeté un sort à lui et à tous ses descendants, ce qui fait que les parents meurent très jeunes. Il y a une seule façon de régler cela, prendre une des 46 portes menant chacune dans la vie d’un descendant et empêcher la sorcière de jeter la malédiction. Mais pour ça, il faut choisir la bonne porte et elles ne sont pas identifiées. Entre la découverte du château, les rêves du passé de Samuel et l’exploration dangereuse des portes, ce livre vous plongera dans l’aventure.

Mon avis

J’ai toujours adoré les livres d’Anne Robillard. Quand j’ai appris qu’il y aurait une nouvelle collection, je me suis empressé de réserver le 1er tome. Dès que je finissais un livre de la collection, je ne m’en pouvais plus d’attendre que le prochain sorte. Le vocabulaire utilisé dans ce livre est assez simple, mais il y a de temps en temps des mots qui peuvent sembler plus compliqués. L’histoire est captivante du début à la fin, mais des bouts peuvent sembler plus longs comme les rêves du passé.

Si vous êtes un passionné de suspense, cette collection devrait vous gâter, elle en est remplie. Ces livres démontrent aussi que des personnes peuvent avoir des personnalités très différentes, même si elles sont dans la même famille. Je vous conseille très fortement cette série qui est parmi mes préférées.

À la croisée des mondes

  • Public cible : jeunes de 12 à 17 ans

  • Trilogie

  • Auteur : Philip Pullman

  • A une version anglaise

  • Le 1er tome a 482 pages pour un total de 1024 pages.

Résumé

L’histoire commence quand Roger, un ami de Lyra, la personnage principale, se fait enlever par les Enfourneurs. Lyra tente de suivre leur trace pour sauver son ami. Son maître lui donne alors un aléthiomètre (un outil lui permettant de répondre à toutes ses questions). Elle se fait arrêter par Mme Coulter, une des plus importantes têtes derrière l’organisation des Enfourneurs qui se montre gentille. Lorsque Lyra s’en rend compte, elle fuit la maison.

Au fil de son périple, des compagnons se joignent à elle comme l’aéronaute Lee Scoresby, un peuple gitan et même un ours polaire en armure. Lorsqu’elle arrive au camp des Enfourneurs, Lyra apprend avec horreur qu’ils essayent de séparer les enfants de leurs “daemons” (qui sont des parties d'eux-mêmes représentés par un animal), ce qui est habituellement mortel. Elle tente de faire échapper les enfants. Finalement, elle part à la recherche de son oncle Lord Asriel, prisonnier du plus fort guerrier du monde, un autre ours en armure.

Mon avis

Lorsqu’on m’a recommandé ce livre, j’ai tout de suite sauté dessus. Malheureusement, cette histoire ne contient pas beaucoup d’action dans les cinq premiers chapitres, ce qui m’a presque fait renoncer à le terminer. J’ai malgré tout continué. Vers le quart du livre, j’ai vraiment commencé à rentrer dans l’histoire jusqu’au point où je ne pouvais même plus m’arrêter de lire. Dès que j’eus fini le premier tome, je me suis empressé d’ouvrir le deuxième.

Malgré que l’histoire est captivante, elle a quand même quelques défauts. Il y a énormément de noms, dont plusieurs semblables, à retenir, et les livres comportent quelques répétitions. Je vous suggère de lire ces livres jusqu’au bout pour suivre leur merveilleuse histoire. Si vous avez aimé la trilogie, je vous propose de lire La trilogie de la poussière qui suit la vie de Lyra (remplie d’action) de sa naissance à son âge adulte. Les deux premiers tomes sont sortis: La belle sauvage (lorsqu’elle est bébé) et La communauté des esprits (sept ans après À lcroisée des mondes).

La bande des quatre

  • Public cible : jeunes de 11 à 15 ans

  • 5 tomes

  • Auteurs : Alain M. Bergeron (Ringo), François Gravel (Spatule), Martine Latulippe (Coccinelle) et Johanne Mercier (Pinotte)

  • Le 1er tome a 324 pages.

Résumé

Lors d’un camp de jour, une amitié très forte se lie entre quatre aspirants moniteurs, Ringo, Spatule, Coccinelle et Pinotte. Ensemble, ils créent la bande des quatre. À peine à la fin du camp, nos amis s’ennuient déjà et veulent se revoir, mais ce n’est pas facile, ils habitent aux quatre coins du Québec, un à l’Isle-aux-Grues, un à Victoriaville, un à Québec et un dans Charlevoix. Ils décident donc de s’écrire par courriel pour continuer à se parler.

C’est ainsi que démarre une chaîne endiablée de courriels entre Ringo le blagueur, Spatule le cuisinier joueur de football, Coccinelle la passionnée de théâtre et de lecture et Pinotte, une joueuse de badminton qui panique pour des riens. Ils se font la promesse de toujours inclure tous les membres de la bande dans les courriels et de ne JAMAIS écrire en privé, mais tous ne la respectent pas pour une raison ou une autre. L’histoire suit les péripéties de chacun des personnages et de leurs nombreux essais pour se revoir en personne ou par Skype.

Mon avis

Je trouve cette série facile à lire, car elle est uniquement écrite sous forme de courriel. Aussi, le fait que chaque auteur soit assigné à un personnage leur donne plus de personnalité. Le français est facile à comprendre, il n’y a pas trop de mots compliqués. De plus, le personnage de Coccinelle nous permet d’apprendre certains mots dont on avait peut-être jamais entendu parler auparavant.

Malgré ce que l’on peut croire, il y a quand même beaucoup de suspense dans ces livres. Je vous suggère fortement de lire cette série bourrée de blagues, de jeux de mots, d’essais, de poèmes et de chansons et de petits secrets.