La Ville de Québec a besoin d’animateurs pour les camps de jour | 22 mai 2020 | Article par Amélie Légaré

Crédit photo: Joujouthèque Basse-Ville

La Ville de Québec a besoin d’animateurs pour les camps de jour

Ce vendredi, la Ville de Québec annonçait le besoin d’embaucher 700 animateurs et animatrices supplémentaires afin de pouvoir accueillir les 10 000 enfants inscrits aux camps de jour du Programme Vacances-Été (PVE) 2020, tout en respectant les directives sanitaires de la santé publique.

Destiné aux jeunes de 5 à 12 ans, les camps de jour du PVE se dérouleront du 29 juin au 14 août 2020 et les inscriptions ont déjà atteint la cible de 10 000 enfants. Étant donné la situation actuelle, la Ville a suspendu les inscriptions auprès de ses 27 organismes partenaires le 19 mai dernier afin de respecter la capacité d’accueil des sites et recruter un nombre suffisant d’animateurs en fonction des directives de la santé publique pour les camps de jour.

Les ratios d’enfants par animateur ainsi que les lieux accessibles ont été révisés afin d’assurer un meilleur encadrement. De plus, aucune sortie en autobus, aucun rassemblement sur les sites et aucun coucher ne seront permis, en plus de respecter des mesures d’hygiène importantes à l’arrivée et au départ des enfants.

« Afin de respecter ces directives de la santé publique, ce sera tout un défi évidemment de trouver des locaux supplémentaires et des ressources humaines suffisantes pour animer nos enfants en toute sécurité, mais on va y arriver. On va le faire », indique le maire Régis Labeaume.

Ressources nécessaires

La Ville et ses partenaires ont déjà procédé à l’embauche de 1500 animateurs et animatrices, mais ils ont ainsi besoin de 700 jeunes supplémentaires pour s’occuper des 10 000 enfants. La Ville est optimiste de pouvoir offrir une place à tous les enfants inscrits puisqu’elle est « en attente de pouvoir utiliser des locaux supplémentaires des commissions scolaires et des équipements municipaux utilisés à d’autres fins en temps normal, comme les arénas ».

« Cela représente un défi d’embauche important pour les organismes, car à ce jour c’est 700 animateurs additionnels que nous avons à recruter. La collaboration des commissions scolaires sera un facteur de succès dans notre capacité à offrir un maximum de places. La capacité d’accueil des organismes risque toutefois d’être reliée davantage aux ressources humaines évidemment », précise le maire. « Afin de respecter les directives de la santé publique, certains jeunes des 10 000 inscrits devront être relocalisés sur d’autres sites que celui choisi lors de l’inscription », ajoute-t-il, précisant que les parents seront avisés en conséquence.

Recrutement en cours

En plus d’investir un budget de 15 M $ cette année, la Ville collabore activement au recrutement et lance un appel aux jeunes de 15 ans et aux jeunes adultes pour venir animer dans un des organismes partenaires. Différentes mesures d’attraction ont même été mises en place pour y arriver : bonis de rétention, primes de référencement d’amis et crédit loisirs pour les familles. Si le nombre ciblé d’animateurs n’est pas atteint, la Ville offrira les camps de jour « selon le principe du premier arrivé, premier servi ».

« S’il fallait que nous trouvions plus que les 700 animateurs recherchés, nous augmenterons l’accueil d’autant d’enfants que nous aurons moniteurs et de monitrices. Nous sommes prêts à accueillir plus que 10 000 enfants si on trouve plus d’animateurs », confirme le maire.

Les parents peuvent aller faire l’inscription de leur(s) enfants(s) sur le site de la Ville et des organisations pour se retrouver sur la liste d’attente des camps de jour. Les animateurs ou animatrices intéressés à postuler peuvent remplir une fiche d’embauche en ligne.

« Je fais un appel à tous et à toutes, surtout aux jeunes de 15 ans qui ne bénéficient pas du PCUE. On vous offre un emploi agréable pour huit semaines et demie de travail, avec un salaire de 650 $ par semaine pour 45 heures par semaine », conclut le maire.