Rapatriement de Canadiens à Québec: « c’est la pointe de l’iceberg »  | 15 avril 2020 | Article par Véronique Demers

Une vingtaine de citoyens à l’étranger ont contacté la députée fédérale de Beauport-Limoilou, Julie Vignola, pour avoir de l’aide pour leur rapatriement au pays.

Crédit photo: Courtoisie Pixabay

Rapatriement de Canadiens à Québec: « c’est la pointe de l’iceberg » 

La députée fédérale de Beauport-Limoilou, Julie Vignola, s’approprie son premier mandat, qui restera certainement gravé dans sa mémoire. Comme tous ses concitoyens, elle est plongée dans cette crise du coronavirus qui paralyse l’ensemble du système.

« Je n’aurai pas eu le temps de vivre une lune de miel [avec mes électeurs]. Je dois avouer que j’en perds un peu mon latin. Je suis dédiée à trouver des pistes de solution pour l’ensemble des dossiers qu’on me soumet », résume la députée responsable des services publics et de l’approvisionnement.

La députée Vignola a permis le rapatriement de citoyens qui étaient en Espagne et au Maroc. « Une vingtaine de gens ont communiqué avec moi, mais c’est la pointe de l’iceberg, car tous ne m’ont pas appelé. Parfois, les gens ne savent pas que le député peut entreprendre des démarches. Pour ce qui est des personnes en Inde et au Pérou, c’est en négociation pour leur rapatriement », souligne-t-elle.

Prestation canadienne d’urgence

Les grandes lignes de la Prestation canadienne d’urgence ou PCU [la mesure d’aide fédérale concernant tous les travailleurs, sauf ceux qui reçoivent de l’assurance-chômage ou des prestations d’aide sociale] ont été annoncées et les demandes ont débuté la semaine dernière.

Certains travailleurs cumulent plus d’un emploi; d’autres sont « hybrides », à la fois salariés et travailleurs autonomes. D’autres encore gagnent à peine de quoi faire leur épicerie, sans avoir suffisamment pour remplir l’ensemble de leurs obligations. Plusieurs se questionnent encore. La députée de Beauport-Limoilou et les membres de son équipe occupent une partie de leur temps à rassurer les citoyens.

« On fait en quelque sorte un travail social. Pendant toute ma vie professionnelle, j’ai su ce que ça pouvait être de vivre du stress, de prévoir la nourriture, etc. On est six à la maison », témoigne-t-elle, en remerciant du même souffle tous les travailleurs qui maintiennent en activité les services essentiels.

Julie Vignola en a profité pour saluer selon elle « le travail extraordinaire » du premier ministre du Québec, François Legault. « Il agit comme un bon père de famille, en donnant de l’information sur l’ensemble des mesures. C’est rassurant aussi pour moi, qui suis au fédéral. […] Je partage aussi l’information de mon homologue Jean-François Simard [député de la circonscription de Montmorency] », conclut-elle.