Politique de déneigement : la Ville de Québec vise une meilleure « viabilité hivernale » | 8 septembre 2020 | Article par Suzie Genest

4e Avenue.16 février 2019.

Crédit photo: Jean Cazes

Politique de déneigement : la Ville de Québec vise une meilleure « viabilité hivernale »

Le projet de politique de déneigement – ou plutôt de « viabilité hivernale » – de la Ville de Québec est désormais accessible en ligne et soumis à une consultation publique, jusqu’au 28 septembre. Une volonté de s’adapter aux spécificités des différents quartiers et une attention accrue aux déplacements actifs ont contribué à son élaboration.

Les pratiques mises de l’avant dans la nouvelle politique, fruit d’un processus amorcé à l’automne 2018, se déploieront sur les trois prochaines années. Elles s’inspirent des résultats de consultations en amont, au cours et au terme de cinq projets pilotes menés l’hiver dernier. Piétons, cyclistes, conducteurs de véhicules, conseils de quartier, SDC et autres organismes des différents quartiers, de même que des entreprises en déneigement, ont été sondés au cours de ce processus.

La politique, qui fait aussi écho à la Stratégie de sécurité routière 2020-2024 dont s’est dotée la Ville de Québec, vise à faire « la bonne action, au bon endroit, au bon moment ». Pourquoi parler désormais de « viabilité hivernale »?

« On a cherché à ce que la préoccupation de la neige soit prise en considération dans tous les secteurs de la Ville, de l’aménagement, des loisirs, etc. », a justifié Jérémie Ernould, membre du comité exécutif responsable des travaux publics.

Des priorités révisées

Concernant le réseau piétonnier, il est prévu d’accroître le grattage et de couvrir 100 % (plutôt que 75 %) des trottoirs, à moins de contraintes techniques (telles que les poteaux). Les opérations débuteront dès l’atteinte de 3 cm (plutôt que 5 cm) d’accumulation pour les trottoirs du niveau 1 de priorité – les « T1 » en jargon municipal. Pour ceux du second niveau (les « T2 »), on déneigera, en période de précipitation, dès que l’accumulation atteindra 5 cm (plutôt que 10 cm).

Désormais, les critères de priorité seront axés sur les besoins des usagers, et on passe de trois à deux niveaux de priorité. Vous vous demandez si tel ou tel trottoir est un T1 ou un T2? Une carte disponible en ligne permettra de le savoir.

La priorité d’enlèvement de la neige sur le réseau routier sera déterminée par l’achalandage mais aussi la configuration des rues. Sur les voies de priorité 1, les opérations débuteront dès que l’accumulation au sol atteindra 7,5 cm (plutôt que 10 cm). Dès cet hiver, cette pratique se mettra en place par exemple sur les artères commerciales comme l’avenue Cartier et la rue Saint-Joseph Est entre Dorchester et du Pont. Sur les voies de priorité 2, le délai d’enlèvement passera de 120 heures à 72 heures lors de précipitations de plus de 22 cm.

La politique identifie aussi des écoroutes d’hiver, où un grattage accru diminuera l’épandage de sels près des prises d’eau potable. Une dizaine de côtes jugées prioritaires, dont la côte Gilmour, auront quant à elles droit à un grattage en continu en semaine aux heures de pointe.

Projets pilotes : succès et repositionnements

Un des projets pilotes de l’hiver dernier touchait un axe cyclable, celui reliant la Colline parlementaire et l’Université Laval via Père-Marquette. Ayant récolté un bon taux de satisfaction et rallié, en plus des cyclistes, joggueurs et marcheurs avec poussettes, entre autres, il se voit pérennisé. La nouvelle politique prévoit le déneigement de quelque 50 kilomètres de réseau cyclable entre « les points chauds de la ville », notamment sur les rives de la rivière Saint-Charles. Le tout débutera dès cette année.

À l’inverse, le déneigement en alternance dans le cadre du projet pilote dans Maizerets, pour réduire les impacts sur le stationnement, a donné des résultats mitigés. Des résidents touchés ont déploré notamment les délais des opérations, qui pouvaient s’étendre sur quatre nuits lors de précipitations importantes. Sans abandonner l’idée d’une alternance, la Ville entend se repositionner et identifier des secteurs où une telle stratégie apporterait un gain réel.

Quant au projet pilote d’enlèvement de la neige devant des abribus du circuit des Métrobus, les personnes sondées n’ont pas noté de réelle amélioration pour la montée et la descente; elles ont identifié cependant une problématique de glace au sol. La nouvelle politique mise donc plutôt sur un déglaçage amélioré du trottoir près des abribus.

Budget et informations bonifiés

La politique de viabilité hivernale impliquera une augmentation de 6,8 M $ du budget pour les opérations de déneigement, estime la Ville de Québec. Une somme de 8 M$ ira par ailleurs à l’achat de quelque 20 chenillettes ces cinq prochaines années et 500 feux clignotants supplémentaires d’ici trois ans. Ces feux permettront de circonscrire plus précisément les secteurs de déneigement, pour ainsi limiter les impacts sur le stationnement et fournir aux citoyens de meilleures indications. On prévoit également utiliser la carte interactive et améliorer les notifications par SMS pour mieux informer les citoyens.

Une séance d’information publique sur le projet de politique de viabilité hivernale de la Ville de Québec doit se tenir le 17 septembre. La consultation publique demeurera en ligne jusqu’au 28 septembre. On la retrouve, ainsi que les documents présentant le projet, au https://www.ville.quebec.qc.ca/citoyens/deneigement/politique_deneigement.aspx

À relire : Déneigement à Québec : 5 projets pilotes mis de l’avant.