Pauvreté et exclusion sociale : 1,2 M$ à 20 organismes de Québec | 26 février 2020 | Article par Véronique Demers

Le maire de Québec, Régis Labeaume (au centre), accompagné des élus de la région de la Capitale-Nationale.

Crédit photo: Véronique Demers

Pauvreté et exclusion sociale : 1,2 M$ à 20 organismes de Québec

Vingt organismes de la région de Québec viennent de recevoir 1,2 M$ du Fonds québécois d’initiatives sociales (FQIS) issu du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, en vue de lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Près des deux tiers (60 %) des projets retenus seront soutenus pour les trois prochaines années.

« Ces fonds visent à agir sur les conditions de vie des personnes (en situation de vulnérabilité), l’accès aux biens essentiels et le pouvoir des communautés. La Ville a la responsabilité [de ce fonds], mais le mandataire dans la Capitale-Nationale est la CMQ », a précisé le maire de Québec, Régis Labeaume, également président respectivement de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) et du Forum des élus de la Capitale-Nationale.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, et le maire de Québec, Régis Labeaume.
Crédit photo: Véronique Demers

De son côté, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a souligné qu’à Québec, 9000 personnes sont prestataires de la solidarité sociale. « Ce sont des gens qui ont des contraintes sévères à l’emploi. Ça peut signifier par exemple une déficience neurologique ou physiologique », a-t-il mentionné.

Les quartiers centraux ciblés

De nombreux organismes sélectionnés dans le cadre des Initiatives 2020 des Alliances pour la solidarité de la région de la Capitale-Nationale oeuvrent dans un secteur d’intervention touchant les quartiers centraux de la ville de Québec.

La Maison Marie-Frédérique, la Clinique d’accompagnement juridique Droit de cité, le Centre multiethnique de Québec, le Comité Maisons de chambres de Québec et le Centre communautaire l’Amitié dans Saint-Roch, de même que la YWCA-Québec dans Saint-Sacrement font partie des organismes sélectionnés dans la lutte à la pauvreté et à l’exclusion sociale.

C’est aussi le cas de la Concertation Saint-Sauveur, du Comité des citoyens et des citoyennes du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS) et de Votepour.ca. Éric Martin, animateur-coordonnateur au CCCQSS, se réjouit des 180 000 $ obtenus sur trois ans.

« On a pu embaucher une ressource. Cette subvention représente la continuité avec le travail amorcé en 2018, lors du forum sur l’accessibilité, qui a produit Action Culture Saint-Sauveur. On pourra mettre notre plan d’action en oeuvre », a-t-il commenté.

Marc Jeannotte, directeur général de Votepour.ca, a obtenu 45 000 $ des Alliances pour un an, en vue de former une cohorte rassemblant des personnes marginalisées, des citoyens, des chercheurs et des organismes du milieu, dont les recommandations permettront de favoriser le démarrage de projets d’intervention.

« On veut améliorer le vivre ensemble, par exemple auprès des communautés culturelles et des aînés », a mentionné le responsable du projet Rendez-vous Limoilou 2 : s’engager à vivre ensemble, une suite au premier Rendez-vous Limoilou de 2017.

Soulignons que dans la ville de Québec, 11 % de la population est considéré comme étant à faible revenu, ce qui représente 79 000 personnes.

À lire aussi : Rendez-vous Limoilou : se rencontrer, et plus si affinités et Un premier pas pour la culture dans le quartier Saint-Sauveur.

En savoir plus sur...