Les médias sociaux au coeur de la stratégie d’emploi | 6 mai 2020 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Pixabay

Les médias sociaux au coeur de la stratégie d’emploi

Il est important pour le chercheur d’emploi d’utiliser les médias sociaux dans sa recherche d’un nouveau défi professionnel à relever. Le Carrefour jeunesse emploi de la Capitale-Nationale (CJECN) s’est adapté à cette réalité, en embauchant récemment une personne aux communications et aux médias sociaux.

Patrice Landry oeuvre autant pour les communications du CJECN et son rayonnement que pour les chercheurs d’emploi de 16-35 ans qui ont accès à la ressource. « La gestion du budget est différente d’un CJE à l’autre. Ici, les jeunes sont majoritairement très loin du marché du travail; on mise sur l’utilisation des médias sociaux pour les joindre. On peut leur répondre par Facebook et on est en train de travailler le service par texto », explique Boromir Vallée Dor, agent de liaison au CJECN.

Ce n’est pas parce qu’on mise sur les médias sociaux qu’il faut négliger la présentation du CV, mais celui-ci a perdu quelques plumes. « Le CV a la vie dure; il y a des domaines où on le demande encore, comme dans le travail social. Mais dans des secteurs plus spécialisés ou jeunesse, on va proposer entre autres une vidéo Snapchat.»

En contexte de plein emploi et de pénurie de main-d’oeuvre, l’envers de la médaille se fait sentir. Les chercheurs d’emploi se permettent de changer peut-être plus souvent de travail, ou à le maintenir, en raison de l’abondance des postes offerts, surtout dans le commerce de détail. Selon M. Boromir Vallée, plusieurs facteurs peuvent en être la cause.

« Les employeurs ne sont pas nécessairement outillés pour travailler avec des jeunes ayant des limitations fonctionnelles, physiques, ayant des troubles anxieux ou présentant une diversité neurologique (TDA, TDAH, etc.). Ainsi, un intervenant peut organiser une discussion tripartite qui l’inclut avec le travailleur et l’employeur, pour favoriser des conditions gagnantes de maintien en emploi. »

Bilan des compétences

Rappelons que le CJECN, couvrant la haute-ville et la basse-ville, offre des services d’aide à l’emploi, mais soutient aussi des projets de réinsertion sociale (comme les Chantiers) et des projets spéciaux (voyages à l’étranger, commerces, événements, etc.).

Le nettoyage de graffitis, via le chantier Graff’Cité, est l’un des projets de réinsertion sociale du CJECN.
Crédit photo: Pixabay

Le CJECN s’adresse autant aux jeunes en difficulté qu’aux jeunes diplômés voulant se réorienter ou dresser un bilan de leurs compétences. Un conseiller d’orientation va les épauler, en leur faisant passer divers tests. « J’ai moi-même fait appel au Carrefour jeunesse-emploi après l’université, alors que j’étais à la recherche de mon premier emploi », souligne le jeune trentenaire.

Le CJECN est déménagé au bureau 200 du 265, rue de la Couronne (dans le même bâtiment, mais à l’étage supérieur).