Erreur de type 500 : une diffusion humaine…

Depuis mai 2017, les sites refondus de nos quatre quartiers sont complétés par celui où vous lisez ces lignes : Monquartier.quebec. Il rassemble le contenu des quatre autres en plus de servir de porte d’entrée à la boutique de Monquartier en boîte. Bien pratique pour chercher ou afficher quelque chose partout d’un seul coup.

Publicité

Lorsque nous publions un article, une activité ou une annonce sur le site d’un quartier, nous pouvons le diffuser à un ou deux autres qui sont aussi concernés. Par exemple, si le sujet concerne toutes les ruelles, il pourra être mis sur Monlimoilou et partagé sur Monmontcalm, puisqu’on trouve aussi des ruelles dans Montcalm. Or depuis la fin de semaine, les ponts sont coupés entre les cinq sites. Ce n’est pas tout, mais passons les détails… À travers l’horaire surchargé que connaissent les entreprises du domaine en ces temps covidiens, notre fidèle agence web Sudo travaille à résoudre cette énigme de nos WordPress en multisite.

Entre-temps, ce qui a été publié sur l’un ou l’autre des quatre sites des quartiers depuis vendredi est absent de Monquartier. Et je ne l’ai pas réalisé avant de rédiger une introduction pour nos infolettres hebdomadaires qui vous sont livrées le samedi matin – au fait, y êtes-vous abonné.e.s? Il suffit de vous reporter à la section inférieure droite de nos sites pour ce faire…

Quatre jours à rebours

Comme je n’aime pas laisser « la technologie avoir le dessus sur moi », en attendant le retour de la programmation régulière, je vous propose ici sur Monquartier le récapitulatif des articles qui n’y paraissent pas. Appelons cela une diffusion humaine, dans la foulée du courriel humain. (Le courriel humain consiste à laisser une note écrite sur un papier au bon endroit; j’ai déjà fait avancer plusieurs dossiers et même rencontré une personne exceptionnelle de cette façon…)

Samedi 21 novembre, Amélie Légaré signait son dernier texte sur Monsaintroch en nous présentant la globetrotteuse Lydiane St-Onge fraîchement installée en Basse-Ville. Nous en profitons pour remercier Amélie pour tout et lui souhaiter du succès dans ses nouveaux défis. Véronique Demers, quant à elle, rappelait samedi sur Monsaintsauveur la mémoire de Florian Collin, du salon Mirador, un coiffeur qui a marqué son quartier pendant presque 50 ans avant de nous quitter en octobre.

Dimanche, deux capsules historiques de Jean Cazes ont été publiées, sur Monmontcalm et Monlimoilou. On y retourne à l’hôpital Notre-Dame-du-Chemin dans les années 1980 ainsi que sur la rue Pointe-aux-Lièvres dans les années 1970, alors qu’elle s’appelait Dorchester.

Hier, nous avons publié sur Monmontcalm un texte de Julie Rhéaume sur la Ville éponge, un nouveau programme lancé par le Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale avec de nombreux partenaires. Il vise à favoriser un meilleur aménagement de notre milieu urbain bétonné et une meilleure gestion des eaux. Et ce n’est pas un hasard si la photo en tête d’article montre le site de Fleur de Lys… Aujourd’hui, avant l’annonce des activités carnavalesques gratuites qui s’installeront dans nos quartiers, un portrait des architectes de Blanc Urbain signé Jean Cazes est sorti sur Monlimoilou.

D’ici à ce que les « canaux » soient rétablis, certains articles prévus attendront un peu, histoire de ne pas les « envoyer dans le dalot » alors qu’ils gagneraient à se retrouver sur tous les sites. Mais nous n’avons pas dit notre dernier mot. Et je publierai un nouveau récapitulatif demain s’il le faut!