Un documentaire pour sensibiliser à la gestion des déchets | 20 octobre 2020 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Image tirée du film

Un documentaire pour sensibiliser à la gestion des déchets

Le Mouvement pour une ville Zéro déchet (MVZD) de Québec dévoilera, ce jeudi 22 octobre sur son site web, Ville Zéro déchet : le documentaire. L’organisation profite de la 20e Semaine québécoise de réduction des déchets, du 17 au 25 octobre, pour lancer son long métrage, après deux ans de travail.

Publicité

Réalisé par Pierre Fraser (Photo Société), le film souhaite sensibiliser les spectateurs aux enjeux politiques et collectifs de la gestion des matières résiduelles. Selon le MVZD, au Québec, près de 25 tonnes de matières résiduelles sont générées à chaque minute.

« On a la pleine conscience qu’on est rendus à la croisée des chemins, on se dirige droit dans le mur. […] Si on n’agit pas maintenant, ce sera la vie de nos enfants et petits-enfants qui sera hypothéquée… s’ils sont capables d’avoir des petits-enfants », exprime Mathieu Goulet, dans l’une des bandes-annonces.

Outre la collecte des matières résiduelles, il est aussi question de l’incinérateur, du centre de biométhanisation, du cycle de vie des objets, de la décroissance, de l’économie circulaire, des Valoristes, des résidus domestiques dangereux, ainsi que de justice environnementale.

« Mouvement apolitique »

Il n’a pas été possible de s’entretenir avec le réalisateur Pierre Fraser, indisposé pour des raisons de santé. Selon la coproductrice du documentaire, Michèle Dumas-Paradis, le MVZD souhaite que les partis politiques de la Ville de Québec qui s’affronteront lors des prochaines élections municipales incluent dans leur plateforme respective des solutions aux divers enjeux environnementaux.

Le mouvement veut se faire davantage connaître par le biais du documentaire et augmenter le nombre de ses membres. « On est 20 à 25 membres actifs et il y a près de 1500 sympathisants, mais on veut augmenter l’adhésion des gens. On est apolitique », dit Mme Dumas-Paradis.

La résidente du quartier Saint-Roch croit qu’une bonne quantité de déchets pourraient être détournés du chemin menant à l’incinérateur.

« À la maison, on doit faire un tri et il faut d’abord refuser, repenser, et ensuite réutiliser, puis recycler. Dans la ville même, il y aurait aussi des améliorations à faire, comme l’ajout des bacs de recyclage dans certains immeubles et plus d’installations de recyclage dans les parcs », évalue-t-elle.

Le MVZD souhaite ultimement que la Ville de Québec ferme progressivement un, deux, voire trois fours de l’incinérateur au cours des prochaines années, comme d’autres villes canadiennes et nord-américaines qui ont déjà entrepris le virage vert. « La Ville de Québec a un plan de gestion des matières résiduelles pour 2018-2028 avec des objectifs ambitieux. Je me demande si ça sera réalisé », questionne Mme Dumas-Paradis.

Le documentaire d’une quarantaine de minutes sera lancé ce jeudi 22 octobre à 19 h sur le site web de MVZD. Une discussion suivra le film.

La copie numérique du documentaire sera ensuite disponible dans les universités et à la Bibliothèque et archives nationales du Québec (BAnQ).

Bandes-annonces du documentaire