Jour de la Terre : première activité du Mouvement pour une ville de Québec Zéro déchet | 20 avril 2018 | Article par Ann-Sophie Harvey

Crédit photo: Jean Cazes

Jour de la Terre : première activité du Mouvement pour une ville de Québec Zéro déchet

C’est ce dimanche 22 avril qu’aura lieu la toute première activité du Mouvement pour une ville de Québec Zéro déchet. L’occasion idéale pour souligner le Jour de la Terre. La population en faveur du mouvement est invitée à participer au rassemblement au parc Sylvain-Lelièvre, à Limoilou, dès 13 h.

Un nouveau mouvement

Le Mouvement pour une ville de Québec Zéro déchet a été lancé en janvier dernier par une vingtaine de bénévoles passionnés et inquiets des décisions que prend la Ville de Québec, notamment en matière de stratégie durable concernant l’incinérateur. Ses membres se rencontrent afin d’établir un réseau communautaire et d’enquêter sur les éléments de sécurité et de santé publique qui font enjeu autour de l’incinérateur. Ce mouvement 2.0, dit l’un de ses membres, Marcel Paré, marque en fait le retour d’un mouvement semblable qui a existé pendant plus de 10 ans, demandant que l’administration municipale cesse d’incinérer les déchets.

Rassemblement pour le Jour de la Terre

La rencontre organisée au parc Sylvain-Lelièvre à l’occasion du Jour de la Terre a pour but de faire connaître le Mouvement pour une ville de Québec Zéro déchet et, par là même, de conscientiser les citoyens à sa cause. Les membres du mouvement invitent ainsi la population à apporter, lors de l’activité, des résidus domestiques dangereux (RDD), qu’on ne veut pas incinérer (ni ne devrait, du reste). Par exemple : pile, détecteur de fumée, ampoule fluocompacte, cellulaire désuet, pot de peinture ou solvant, etc.

Les membres du mouvement souhaitent faire boule de neige avec leurs préoccupations pour ainsi arriver à convaincre la Ville d’adopter une politique Zéro déchet, à l’exemple de Lévis et Drummondville.

Les défauts de l’incinérateur

Depuis 1974, il s’agit de la troisième génération d’incinérateur à Québec, où plus de 70 millions $ ont été investis. Pour M. Paré, les objets détruits dans l’incinérateur ont une valeur ajoutée, et il s’agit d’une perte pour la Ville de détruire ces ressources.

On paie pour détruire des déchets et, en échange, on reçoit des éléments toxiques dans l’air alors qu’il est possible de récupérer ses matières. La planète ne peut plus se permettre cela », estime-t-il.

Les membres du mouvement considèrent que Québec doit revoir ses décisions politiques afin de réduire les consommations de la Ville et aussi se préoccuper de la santé publique. L’économie circulaire, qui consiste à développer de la richesse autrement dans un cadre de développement durable, est indispensable pour une ville Zéro déchet.

Le Mouvement a également lancé une pétition, avec l’objectif d’accélérer le processus vers un arrêt d’utilisation de l’incinérateur de Québec. L’organisation souhaite atteindre les 1000 signatures d’ici l’événement de dimanche.

Pour connaître tous les détails du rassemblement de ce dimanche, au parc Sylvain-Lelièvre (coin 4e Avenue-Canardière) : Rassemblement pour le Jour de la Terre.