Encore place à l’amélioration, dit Jean Rousseau | 3 avril 2018 | Article par Céline Fabriès

Encore place à l’amélioration, dit Jean Rousseau

Dès mercredi, les citoyens pourront se rendre à des consultations publiques sur le futur réseau de transport structurant. S’il est en accord avec le projet, Jean Rousseau espère que les citoyens pourront « mettre leur grain de sel» et aider à l’amélioration pour « aller plus loin ».

Selon Jean Rousseau, l’administration Labeaume devra faire un effort pour convaincre les gens de prendre le transport en commun. « Il faut que les gens voient le bénéfice, que ça leur donne des options supplémentaires. Laisser sa voiture à un parc-auto quand tu n’as jamais fait ça, ce n’est pas naturel. Quels sont les incitatifs, les moyens que l’on prendra pour convaincre les gens ? », a questionné le conseiller de Démocratie Québec en mêlée de presse d’avant conseil municipal, mardi.

« Je lève mon chapeau au maire, c’est un excellent lobbyiste, il a obtenu 2,995 milliards $. Ça, ce sont les fleurs. Là où on se questionne, c’est le pot, la capacité de ce projet-là à pouvoir être bonifié », a indiqué le conseiller municipal de Cap-aux-Diamants.

La Ville devra également s’interroger sur le nombre de stations. Pour Jean Rousseau, 40 stations, c’est trop. Le conseiller municipal s’attend à des débats enflammés sur le choix des endroits où implanter les stations. Il se demande aussi quels autobus desserviront les stations de tramways. « On a tous des enjeux dans nos districts. Cap-Blanc et la gare fluviale sont mal desservis », a fait valoir Jean Rousseau, qui attend des réponses de la part de la Ville dans les prochains mois.

Ne pas l’échapper avec les commerçants

Le chantier du tramway inquiète les commerçants, qui ont peur de perdre une partie de leur chiffre d’affaires pendant les travaux. Mardi matin, Régis Labeaume a reconnu s’être un peu emporté avec les commerçants à qui il avait dit, mercredi : « Pognez pas les nerfs. Attendez un petit peu. » Mardi, le maire de Québec a promis de rencontrer les commerçants un par un.

Pour Jean Rousseau, les inquiétudes des commerçants s’avèrent « légitimes » et le changement de ton du maire Labeaume est une bonne nouvelle. « Les travaux sur Grande Allée, il y a deux ans, ça a été très difficile pour les commerçants. Il va devoir avoir un dialogue très officiel pour dire : si on travaille devant chez vous pendant deux ans, on va voir comment on peut vous dédommager. C’est tout à fait normal, pour un projet de cette ampleur, d’avoir de tels considérations pour les commerçants », a recommandé le conseiller de Cap-aux-Diamants.

Voir les détails des consultations publiques