La mission de Catherine Dorion (Taschereau) et Sol Zanetti (Jean-Lesage) : « lutter contre les préjugés » | 5 octobre 2018 | Article par Baptiste Piguet

Crédit photo: Véronique Demers et Jean Cazes

La mission de Catherine Dorion (Taschereau) et Sol Zanetti (Jean-Lesage) : « lutter contre les préjugés »

Lors des élections provinciales du 1er octobre, Catherine Dorion (Taschereau) et Sol Zanetti (Jean-Lesage) ont été élu.e.s pour Québec Solidaire (QS). Ce sont les deux député.e.s du territoire de Monquartier.quebec, qui les a rencontrés.

La Coalition avenir Québec (CAQ) a gagné dans toute la région, sauf dans Jean-Lesage et Taschereau. Comment expliquez vous cela?

Catherine Dorion :

Par la culture de QS et ce qu’on veut faire grandir : l’égalité sociale, l’environnement, prendre soin des autres, c’est dans les villes que ça commence. Tous les comtés gagnés sont urbains. Mais il y a une diversité de la gauche au Québec. Nous serons bientôt aussi présents en région, dans les banlieues. QS est arrivé deuxième, troisième dans des comtés de la région de Québec où les solidaires avaient toujours été quatrièmes. La tendance est là. La prochaine fois, on gagnera d’autres comtés.

Sol Zanetti :

Les gens voulaient du changement. La CAQ s’est fait passer pour le changement, mais ça n’a pas marché partout! Ici, les gens ont dit : le changement, c’est QS! Je pense qu’ils ont eu raison. Les quatre prochaines années vont démontrer que la CAQ au gouvernement ne va pas changer grand chose. Mais dans l’opposition, ça va changer énormément de choses.

Le projet de transport structurant est-il en danger ?

Sol Zanetti :

C’est difficile à dire. François Legault appuie le projet s’il y a un 3e lien. J’espère qu’il n’est pas en train de jouer une négociation avec ça. On va le talonner, c’est sûr. Il faut un réseau structurant, relié à Lévis, et plus accessible.

Catherine Dorion :

Ce qui risque d’arriver, c’est que la CAQ va vouloir un projet moins cher, moins ambitieux. Ça, ce serait une négociation triste et une grosse perte pour la ville de Québec.

Comment défend-t-on ce projet de transport structurant?

Catherine Dorion :

Avec un gouvernement majoritaire de la CAQ, il y a deux aspects. Un aspect parlementaire : il faut s’assurer que les données les plus importantes sur le transport en commun, mais aussi sur le 3e lien, soient connues de tous et que les recherches qui s’imposent soient faites. Ensuite, s’ils sont sourds au bon sens, on mobilisera la société civile.

Sol Zanetti :

Il va falloir défendre le projet de transport structurant avec des arguments scientifiques. QS sera présent à l’Assemblée nationale et assurera une présence médiatique pour défendre le transport en commun. La lutte contre le transport en commun et pour l’automobile est commencée depuis des années à Québec, mais les forces sont inégales. Il y a des radios privées qui font la guerre au transport en commun depuis des années. Qui véhiculent des préjugés qui sont tenaces. Nous, notre mission, avec cette tribune que les gens de Québec nous ont donnée, c’est de lutter contre ces préjugés et de faire changer le vent de bord dans l’opinion publique.

Quelles sont les autres priorités à défendre pour les quartiers centraux?

Sol Zanetti :

La qualité de l’air, pour moi, ça va être la priorité, et aussi essayer de faire reculer l’érosion des services publics qu’on anticipe avec la CAQ au pouvoir.

Pour que la présence solidaire à Québec s’étale, il va falloir changer l’opinion publique sur certains sujets. Développer un contre-discours va être notre rôle le plus important pendant ces quatre prochaines années. La société civile a besoin de renfort. Tout ce qui existait de contre-discours à Québec, tous ceux et celles qui résistaient, viennent de gagner deux alliés. Ça va être cool! Mais je ne me fais pas d’illusion sur le pouvoir d’un député d’opposition. Notre pouvoir va être plus grand à l’extérieur, dans notre interaction avec les mouvements sociaux.

Catherine Dorion :

Il faut défendre toutes les initiatives de terrain, celles des groupes sociaux, des organismes communautaires, des groupes citoyens. Il y a énormément de projets créatifs imaginés par les gens. C’est là qu’il faut mettre les ressources.

Cette entrevue a été réalisée en deux temps, en personne avec Sol Zanetti et par téléphone avec Catherine Dorion.