Des pelles pour réclamer un accès prolongé au réseau cyclable | 18 avril 2018 | Article par Viviane Asselin

Armés de pelles et de pioches, une dizaine de participants ont nettoyé un tronçon de la piste cyclopédestre du parc Lairet, dans Limoilou.

Crédit photo: Jean Cazes

Des pelles pour réclamer un accès prolongé au réseau cyclable

En prélude au Mois du vélo de Québec, l’équipe d’Accès transports viables et une dizaine de cyclistes ont participé le 15 avril dernier à une corvée de déneigement d’un tronçon de la piste cyclopédestre du parc Lairet, dans Limoilou. Une activité symbolique qui vise à sensibiliser la Ville de Québec à la prolongation de la période d’ouverture du réseau cyclable, voire au développement d’un réseau blanc pour le cyclisme hivernal.

L’hiver qui n’en finit plus de finir n’aura pas refroidi les ardeurs des participants, soucieux de témoigner, par cette activité de déneigement, de leur intérêt à accéder plus tôt au réseau cyclable. Une éventualité qui fait d’ailleurs partie des objectifs énoncés par la Ville dans sa Vision des déplacements à vélo (2016), mais qui devrait d’ores et déjà donner lieu à des actions concrètes, estime le président de la Table de concertation vélo des conseils de quartier de Québec : « La Ville possède les moyens techniques d’accélérer la fonte de la neige ; il serait grand temps de prolonger la saison cyclable en la débutant plus tôt au printemps et en la terminant plus tard à l’automne », soutient Martial Van Neste.

Un vœu partagé par Accès transports viables, qui en appelle même au développement d’un réseau cyclable accessible à l’année afin de favoriser les déplacements actifs et sécuritaires en tout temps. « Il est facile d’imaginer, par exemple, que les bandes cyclables sur rue puissent être ouvertes à l’année pour les cyclistes. Les rues sont déneigées, alors pourquoi les bandes cyclables ferment-elles au 31 octobre ? » s’interroge Étienne Grandmont.

Pour le directeur général d’Accès transports viables, les piétons autant que les cyclistes bénéficieraient d’un « réseau blanc » : « Il y a tous ces liens de transport actif, comme justement la piste cyclopédestre du parc Lairet, qui ne sont pas déneigés alors qu’ils constituent des liens de quartier essentiels pour les marcheurs autant que pour les cyclistes. »

Mai, le mois du vélo

La cinquième édition du Mois du vélo de Québec sera justement l’occasion de soulever de tels enjeux cyclistes — parmi d’autres —, avec l’objectif d’animer la communauté concernée et de favoriser le développement de services et infrastructures à l’attention de celle-ci. Du 1er au 31 mai, Accès transports viables, en collaboration avec de nombreux partenaires, proposera ainsi une variété d’activités dans les différents quartiers.

Ateliers de mécanique de vélo, randonnées, conférences, formations… : toute la programmation se retrouve sur le site du Mois du vélo.