Courir en forêt avec nos ainés grâce au Kartus | 1 août 2018 | Article par Geneviève Morin

Crédit photo: Geneviève Morin

Courir en forêt avec nos ainés grâce au Kartus

Une démonstration de course avec Kartus a eu lieu le mardi 24 juillet au parc du Bois-de-Coulonge. Une douzaine d’ainé.e.s ont pu expérimenter gratuitement cette chaise nouveau genre grâce à une collaboration entre les chercheurs québécois qui ont conçu le Kartus, l’entreprise Alaviva, le Noël du Bonheur et la résidence JAZZ Ste-Foy.

Une chaise roulante tout-terrain

Qui n’a jamais eu envie de piquer une course en forêt avec un.e ami.e ou un.e proche? Mais voilà, lorsque cette personne proche est une ainée ou une personne à mobilité réduite, la chose devient vite compliquée, voire impossible. Les fauteuils roulants standards ne sont pas faits pour rouler en milieu naturel, encore moins au pas de course.

Une équipe d’étudiants en génie de l’Université de Sherbrooke, dirigée par le neurologue Marc Therrien, s’est attaquée au problème. Le but : créer une chaise roulante tout-terrain beaucoup plus maniable que ce qui existe déjà, sans sacrifier la légèreté ni le confort ressentis par ses utilisateurs. Un étudiant en particulier, Philip Oligny, a continué à améliorer le prototype au-delà du cadre universitaire : il en a fait un gagne-pain. On doit à son travail minutieux le design final du Kartus.

Bien-être partagé

M. Oligny me parle avec passion des effets de la randonnée en nature observés sur les personnes qui montent dans le Kartus : réduction de l’anxiété, réduction de la dépression, bris de l’isolement. Les bienfaits se trouvent aussi du côté de ceux qui poussent la chaise : faire une action communautaire stimule chez eux le sentiment de partage.

Cette vision du bien-être s’arrime bien à la mission d’Alaviva, l’entreprise d’économie sociale initiatrice de la tournée. Sa cofondatrice Andrée Pelletier me parle de l’importance de permettre aux ainé.e.s de se divertir intelligemment, de se (re)mettre en action et en relation avec d’autres. À écouter les conversations joyeuses fuser entre Frédérique Asselin (coureuse, qui pousse le Kartus) et Agathe Laflamme (ainée co-coureuse, qui se fait pousser), je me dis : mission accomplie.

Les ainé.e.s à qui j’ai demandé leurs impressions étaient unanimes quant au plaisir ressenti lors de la randonnée. Précision importante : nul besoin d’être amateur de course à pied ou même d’aimer le sport pour pousser le Kartus de Mamie : on peut, bien sûr, se contenter de marcher! Et de passer un moment précieux ensemble. Pas besoin non plus d’avoir des grands-parents ou un ami à mobilité réduite : Philip Oligny me dit espérer créer un Club à Québec (il en existe un à Sherbrooke) pour former des duos de course partagée entre personnes qui ne se connaissent pas, à la manière d’un club social ou d’un cours de danse.

Malgré le fait que le Kartus soit un outil d’activité physique récent, plusieurs résidences pour personnes âgées en ont déjà fait l’acquisition pour que leurs résidents puissent l’utiliser gratuitement, me confirme Philip Oligny.

Les particuliers ou responsables de résidences qui désirent faire participer leurs ainé.e.s à la tournée Alaviva-Kartus peuvent faire une réservation (s’il reste des places disponibles dans leur localité) en contactant l’équipe d’Alaviva par téléphone au 418-977-8482 ou par courriel au animation@alaviva.com