Un système d’inversement des voies sur le pont Pierre-Laporte | 15 septembre 2017 | Article par Céline Fabriès

Crédit photo: Céline Fabriès

Un système d’inversement des voies sur le pont Pierre-Laporte

Pour améliorer le trafic, le service du transport de la Ville de Québec suggère au bureau de projet la création d’un système de gestion de voies directionnelles variables aux heures de pointe sur le pont Pierre-Laporte et l’utilisation du gestionnaire artériel sur le boulevard Laurier plutôt qu’un troisième lien à l’est.

Pour le maire de Québec, pas question d’investir des milliards pour améliorer le sort des citoyens de Lévis qui travaillent à Québec si ce n’est pas nécessaire. Rappelons que Régis Labeaume a toujours exprimé sa préférence pour un troisième lien à l’ouest s’il devait y en avoir un.

« Je suis désolé pour les gens de Lévis […], mais moi, mes payeurs de taxes sont à Québec », a déclaré Régis Labeaume. « On a toujours pensé que la logique faisait que 75 % du monde qui traversent les ponts travaillent à l’ouest, il faut que ça soit à l’ouest », a-t-il poursuivi.

Selon des données de 2011, chaque jour, 24 000 voitures franchissent le pont de Québec et le pont Pierre-Laporte vers le nord entre 6 h et 9 h du matin, et un troisième lien à l’est favoriserait seulement 3 000 automobilistes, dont la majorité habite à Lévis.

De plus, selon le rapport de la Ville, un troisième lien ne décongestionnerait pas le trafic actuel. Au contraire, il augmenterait la circulation sur le réseau routier municipal. Il entraînerait également des retards additionnels pour la plupart des usagers, excepté pour les citoyens du secteur de Desjardins à Lévis qui se rendent dans les arrondissements de la Cité-Limoilou, Charlesbourg et Beauport.

Une solution intéressante

Les deux adversaires de Régis Labeaume à la mairie, Anne Guérette et Jean-François Gosselin, trouvent l’idée du « zipper » sur le pont Pierre-Laporte intéressante. Mais pour les deux candidats, pas question de condamner un éventuel troisième lien à l’est.

Si Anne Guérette veut attendre le rapport du bureau de projet pour se positionner sur ce troisième lien et pour évaluer s’il doit être à l’est ou à l’ouest, le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin ne voit aucun intérêt à créer un troisième lien à l’ouest.

« Un troisième lien à l’est compléterait le périphérique, affirme monsieur Gosselin. Ça va aider à soulager la congestion, mais première des choses, c’est un outil de développement économique. »

Selon le directeur de Vivre en ville, Alexandre Turgeon, cela aidera quelques promoteurs sur la Rive-Sud sans décongestionner les routes vers le centre-ville.