Un surplus de 39,5 millions pour la Ville de Québec

Regis Labeaume

La ville de Québec a terminé son année financière de 2016 avec un surplus de 39,5, millions $. Un surplus qui s’explique entre autres par un taux d’intérêt inférieur qui a permis d’économiser 7,5 millions sur le payement de la dette. La dette nette de la Ville est en diminution de 43,3 millions.

L’excédent représente 2,8 % des revenus totaux de 1,4 milliard de Québec. Selon le rapport, la dépense annuelle liée aux régimes de retraite est en baisse aussi pour la première fois depuis 2008 ce qui représente une économie de 4,6 millions. Cette économie a été rendue possible par la Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraites à prestations déterminées du secteur municipal. « Ça valait la peine de se battre pour », a déclaré le maire de Québec, Régis Labeaume.En 2016, la Ville de Québec a financé des investissements sur le territoire de la Ville de 310,1 millions. Parmi les investissement on peut noter 2 millions pour les travaux de la YWCA Québec, 2 millions pour la Place publique Jean-Béliveau au Centre Vidéotron, 4,2 millions pour les Écoquartiers. On pense entre autres aux écoquartiers d’Estimauville dans Limoilou et La Pointe-aux-Lièvres dans Saint-Roch. On peut noter aussi les 118 millions pour les travaux d’asphaltage.L’agence Moody’s a renouvelé la cote Aa2 de la Ville de Québec qui permet aux investisseurs d’être rassuré et d’assurer un taux d’intérêt plus bas. Cette cote que la Ville de Québec possède depuis 2011 est justifiée selon l’agence par « la stabilité et a la prévisibilité de ses sources de revenus ». « Le contrôle continu sur les coûts que Québec a continué à privilégier a également contribué aux bons résultats enregistrés par la ville », a mentionné Moody’s.« Les excellents résultats financiers de l’année 2016 sont avant tout la preuve d’une gestion rigoureuse marquée par l’amélioration de l’organisation du travail et d’un cadre financier solide », a souligné Régis Labeaume.

Des dépenses plus importantes que prévues dans certains secteurs

La Ville a dépensé plus d’argent pour payer les temps supplémentaires. Elle a dépassé de 33 % son budget en décaissant 19,7 millions au lieu des 13,2 millions prévus.Les grandes bordées de neige reçues en 2016 a aussi explosé le budget du déneigement avec un dépassement de 2,1 millions.Même si la dette de la Ville de Québec a diminuée de 43,3 millions, elle atteint encore 1 627,2 millions.