Les conseils de quartier sont-ils en péril?

Anne_Guerette_Paul_Shoiry

Le maire de Québec, Régis Labeaume, abolira-t-il les conseils de quartier après les élections en novembre? C’est la question que se pose l’opposition. La conseillère municipale de Montcalm, Anne Guérette, soupçonne Régis Labeaume « d’avoir un agenda caché » et qu’il « ne dit pas la vérité » sur le futur des conseils de quartier.

Selon la chef de Démocratie Québec, « l’Équipe Labeaume vit mal les conseils de quartier ». Anne Guérette s’est dite préoccupée par les différentes déclarations du maire de Québec qui incite d’un côté ses conseillers à être présents à leur conseil de quartier, mais d’un autre côté leur dit « de ne pas y aller si c’est désagréable ».Paul Shoiry comprend les absences des membres de l’exécutif à cause d’un emploi du temps chargé, mais ne l’excuse pas. « Si un membre de l’exécutif est absent, il peut se faire remplacer par un autre élu ou par un attaché politique. Ils ont 2 millions à leur disponibilité pis ils payent plein de monde dans les bureaux, alors ils peuvent se faire remplacer ». Par contre, Paul Shoiry ne comprend pas les absences répétées des autres conseillers de l’Équipe Labeaume, « c’est un manque de volonté et d’intérêt, à mon avis ils ne font pas leur job ».L’opposition ne croit pas que les membres des conseils de quartier préparent pour la plupart leur entrée en politique lors de la prochaine élection, mais s’il y en a ce n’est pas une mauvaise chose. Paul Shoiry a d’ailleurs rappelé en point de presse que Régis Labeaume était un citoyen très critique de la mairesse Boucher avant de se présenter à la mairie. Anne Guérette et Geneviève Hamelin sont toutes les deux issues des conseils de quartier.

Bonifier les conseils de quartier.

Pour Anne Guérette, si des conseillers trouvent la réunion de leur conseil de quartier difficile, « c’est parce qu’ils arrivent avec des projets qui ne répondent pas aux besoins des citoyens ». Et pour la chef de l’opposition, les citoyens ne veulent plus une « politique imposée qui va du haut vers le bas ». Ils veulent « participer à la vie de leur quartier en dehors des élections ».La conseillère de Montcalm pense que les conseils de quartier ont besoin d’être bonifiés et modifiés. « Les membres quittent parce qu’ils sont démotivés », affirme Anne Guérette. Certains conseils de quartier comme celui de Montcalm après l’affaire de l’Îlot Esso ont décidé de se munir d’une vision pour faciliter les attentes et les objectifs lors d’une consultation publique sur un projet immobilier.Malgré les accusations de l’opposition, Régis Labeaume a promis lors du conseil municipal qu’il n’a pas l’intention d’abolir les conseils de quartier qui sont inscrits dans la Charte de la ville.