John R. Porter sollicité par Régis Labeaume sur le patrimoine religieux | 20 octobre 2017 | Article par Céline Fabriès

Crédit photo: Georges Sheehy

John R. Porter sollicité par Régis Labeaume sur le patrimoine religieux

John R. Porter prendra la tête d’un comité d’un groupe multidisciplinaire pour conseiller Régis Labeaume dans la préservation du patrimoine religieux s’il est réélu le 5 novembre.

Si elle s’apparente plus à une annonce de la Ville de Québec, l’Équipe Labeaume l’a incluse dans ses promesses électorales en convoquant les médias, vendredi, devant l’église Saint-Sauveur dont le clocher a été démonté récemment pour être réparé.

En prenant la parole, John R. Porter a d’ailleurs précisé qu’il n’était pas là à titre d’appui pour Équipe Labeaume, mais pour « le parti du patrimoine », et qu’il était prêt à répondre aux invitations de tous les partis pour la sauvegarde du patrimoine religieux.

Le comité, présidé par John R. Porter « un spécialiste du patrimoine religieux », conseillera l’administration Labeaume si celle-ci est reconduite au pouvoir pour faire le tri des demandes et établir les priorités en matière d’investissements.

« Il faut faire le tri là-dedans, parce qu’on ne peut pas tout sortir en même temps, donc on a besoin d’aide », a expliqué Régis Labeaume.

Rappelons que la Ville de Québec avait annoncé, lors du sommet sur le patrimoine l’automne dernier, un investissement de 15 millions $ sur dix ans pour préserver et rénover huit églises de Québec, dont celles de Saint-Roch, de Saint-Sauveur et de Saint-Charles-de-Limoilou. Le gouvernement du Québec a également mis sur la table 15 millions $ pour ce projet.

Depuis cette annonce, d’autres églises ont demandé à se retrouver sur la liste. Mais, même si c’est « payant politiquement de saupoudrer », Régis Labeaume ne souhaite pas, sauf exception, accroître la liste des huit églises sélectionnées. « Si on veut atteindre notre objectif de protection du patrimoine et être dans la durée avec de nouvelles utilisations, à un moment donné, il faut concentrer l’argent », justifie-t-il.

Le comité aura tout de même le loisir d’aborder, s’il le juge pertinent, les problématiques d’autres églises qui présenteraient un enjeu particulier, comme l’église Sainte-Coeur-de-Marie, dont le dossier est judiciarisé actuellement. Le maire sortant évoque par ailleurs une éventuelle expropriation du bâtiment.

John R. Porter s’entourera entre autres de collaborateurs dans l’immobilier et dans le domaine touristique. Le comité aura comme mandat de faire des propositions à la Ville pour cibler les priorités. Un rapport est attendu pour mai 2018.

« Ce sont toutes des églises qui ont des significations particulières pour des communautés particulières. L’idée  sera de mettre tout ça en perspective et y aller de façon ciblée et réfléchie avec des propositions », a souligné John R. Porter. « La dernière chose que je vais vouloir faire, c’est y aller suivant une problématique de pompier et d’urgence. Il va falloir être capable de s’inscrire dans le temps long. Le patrimoine, ça relève du temps long, c’est plus qu’une formule. », poursuit-il.

Figure reconnue et respectée pour sa contribution à l’art, à la culture et au patrimoine québécois, John R. Porter a été à la barre du Musée national des beaux-arts du Québec de 1993 à 2008 avant de se consacrer au projet du pavillon Pierre Lassonde, inauguré en juin 2016, dont il avait été l’instigateur.