Anne Guérette en faveur du tramway et d’un 3e lien | 28 mai 2017 | Article par Céline Fabriès

Crédit photo : Céline Fabriès

Anne Guérette en faveur du tramway et d’un 3e lien

Après s’être positionnée contre le SRB, la cheffe de Démocratie Québec, Anne Guérette, a annoncé sa volonté, lors du congrès d’orientation du parti, dimanche, d’implanter un transport électrique de type tramway entre Sainte-Foy et la Colline parlementaire dans un second mandat en 2021. La candidate à la mairie de Québec s’est dite également en faveur d’un 3e lien interrives à plus long terme, mais pas forcément autoroutier.

La cheffe de Démocratie Québec souhaite un service de transport en commun « performant », « flexible », « confortable » et « attrayant » afin de favoriser l’utilisation de solutions alternatives à la voiture.

Anne Guérette ira donc chercher l’argent nécessaire au provincial et au fédéral dès 2018 pour créer un premier parcours de tramway en Haute-Ville, sur le chemin Sainte-Foy, le boulevard René Lévesque ou Grande Allée, entre l’entrée de la ville à Sainte-Foy et la Colline parlementaire. « Ça s’inscrit dans la volonté des gouvernements pour l’électrification du transport », a affirmé la cheffe de l’opposition à l’hôtel de ville, qui évalue ce premier parcours à 500 millions $.

Dix propositions pour laisser la voiture de côté

En attendant la création du tramway, Démocratie Québec souhaite accentuer les investissements pour « bonifier » et « consolider » le transport collectif et actif à Québec à court terme. D’ici dix ans, le parti veut augmenter la part modale du transport en commun à 20 % et celle du transport actif à 20 % également.

Pour cela, la candidate à la mairie de Québec a annoncé dix propositions, dont la bonification des liens rapides entre le nord et le sud de la ville par des parcours directs et croisés desservis par des Expressbus et des Métrobus, ainsi que la création d’un parcours croisé entre Lebourgneuf, Sainte-Foy et le centre-ville pour relier les trois principaux pôles d’emploi.

Si elle est élue, Anne Guérette veut également moduler la tarification du transport collectif, promouvoir les horaires de travail variables, implanter des navettes dans les parcs industriels et technologiques, développer un complément de transport de proximité dans les quartiers, créer une navette vers l’aéroport, installer le wifi dans tous les autobus ainsi qu’un système de paiement intelligent, créer des pistes cyclables plus adaptées aux besoins des travailleurs, adopter une politique de rue complète et mettre en place des mesures incitatives à la densification, à la rénovation et à l’accès à la propriété près des pôles d’emploi.

Enfin, Anne Guérette estime que pour arriver à mettre en oeuvre des projets de transport et d’aménagement du territoire adéquat afin d’améliorer l’efficacité des déplacements de la communauté métropolitaine, tous les acteurs doivent décider ensemble. Elle propose donc la mise en place d’un Bureau de la mobilité intégrée regroupant les représentants des divers paliers politiques, des organismes, des institutions et des citoyens.

Vives discussions sur le 3e lien

Le 3e lien engendre depuis plusieurs mois de nombreuses discussions et désaccords, et Démocratie Québec n’a pas échappé non plus à cette controverse. Est-ce qu’il doit voir le jour et si oui, à l’est ou à l’ouest ?

En milieu de journée, lors de la conférence de presse, Anne Guérette, contrairement à Régis Labeaume, s’est positionnée pour un 3e lien à l’est, entre Québec et Lévis, mais les membres de Démocratie Québec ont rejeté par la suite cette proposition.

Les membres du parti se sont plutôt dits en faveur de la poursuite des études tout en laissant de côté pour l’instant la localisation de ce 3e lien. De plus, ce 3e lien interrives, s’il voit le jour à un moment donné, ne sera pas forcément pour les automobilistes. En effet, les membres ont soumis différentes idées comme un téléphérique.